samedi 31 octobre 2009

ce que dire veut dire

ça :


et ça :

Ammarunta


bientôt, je te parlerai d'elle

le rituel pour nos morts



ils sont descendus s'occuper de nos morts. ils vont bichonner et fleurir leur tombe. Moi, ça me rassure et me plait qu'ils tiennent ce rituel au nom de nous.

vendredi 30 octobre 2009

quelques chanteuses that i love

Rachelle Ferrell:
Cassandra Wilson :
kathleen Ferrier:
Cheikha Rimitti:
Reinette l'oranaise :

et celui ci aussi :

Marianne Faithfull

lfaker

faker en anglais.. c'est un peu le Bateleur du Tarot, non ?
C'est aussi celle qui cherche à comprendre et qui ne se laisse pas faire comme un pantin 
celle qui veut vivre

ce que je vois







et qui me donne envie

ne rien dire à ma mère

j'aime cette historienne, Annie Lacroix-Riz

http://www.historiographie.info/menu.html
http://www.dailymotion.com/video/x5njza_le-choix-de-la-defaite-annie-lacroi_news
http://www.dailymotion.com/video/xztbh_le-choix-de-la-defaite_events

la béance de l'humain



Il faut une famille à l'humain afin qu'il puisse y jouer son drame d'humain pour accéder enfin à son drame personnel qui le renverra à sa béance d'humain.

dites moi donc les lacanien(ne)s, toute cette histoire du phallus, ça tourne autour de cette béance et du manque fondamental ?
Les hommes (avec leur bite et leur couteau) incarneraient le rempart contre la perte de l'illusion; " je veux pas la perdre, je veux veut pas qu'on me la coupe, je ne veux pas voir, je ne veux pas savoir ..."?
et les femmes incarneraient la réalité de cette illusion : celles qui ne disent plus rien et qui portent la béance.. à la face du monde.

Quoi qu'il en soit ( le couac en soi,) ça ne change rien.
je ne sais pas pourquoi mais je vais lire Camus

et puis, je suis allée fouiner sur la toile :

Pour Lacan, le phallus est le signifiant du manque pour les deux sexes, le signifiant de l'objet perdu, conçu imaginairement comme une complétude béate avec le corps de la mère, l'objet total.

Lacan et Freud (ainsi que l'école de Mélanie Klein) divergent sur la nature de cet objet perdu qui se trouve à la source du désir. Pour Freud, l'objet perdu est le corps de la mère, nous souffrons tous d'une nostalgie de la vie prénatale ; pour Lacan, il ne s'agit que d'un mythe imaginaire pour donner corps à un manque qui n'a pas de référent.

Dans cette conception, la femme ne se définit que par la négative, négativement, elle "[la femme] n'existe pas" (selon la formule célèbre de Lacan), la positivité de son sexe n'existe pas, on ne peut pas l'étiqueter (alors que L'homme serait "à l'article de la mort") et c'est ce qui fait sa spécificité. Le seul moyen d'éviter cet écueil serait de métaphoriser le sexe féminin comme phallique, mais en ce cas un problème de cohérence se pose, les 3 ordres Réel, Symbolique et Imaginaire ne se recoupent pas. Néanmoins, l'article La jouissance de la femme (dans Encore, Séminaire XX) apporte un éclairage intéressant même s'il peut apparaître partiel du point de vue strictement scientifique. Ici, Lacan semble dire que s'il y a quelque chose de la femme qui résiste à la saisie par le langage, c'est probablement parce qu'il existe en elle quelque chose qui fondamentalement la relie à la mystique et à l'ineffable.

des fois , on est con

Hier soir en m'endormant, je me disais que la difference entre les humains et les animaux est que ces derniers ne demandent pas " pourquoi ?"

et la nuit d'avant, j'ai revé que les crocodiles haribo , ceux qui ont le ventre blanc et le dos vert, rouge ou jaune, sont fabriqués par leurs parents , des gros crocos de même couleur ( haribo refuse les croisements ). Ils vivent dans des sortes de clubs med et n'arretent pas de copuler afin d'assurer leurs fins de mois. Les cochons maquereaux !

ENFIN

Australie — Les autorités australiennes mettent en garde les touristes : un squale de grande taille, ayant déjà dévoré partiellement un autre requin long de 3 mètres, rôderait près des côtes du Queensland.Lire la suite l'article

L'animal, probablement un autre grand blanc, mesurerait au moins six mètres de long et rôderait au large de Deadman's Beach. Le requin plus petit retrouvé par les garde-côtes présente en effet des traces de morsure de taille impressionnante. Le ministre australien de la Pêche, Tim Mulherin, a déclaré : « L'officier qui a découvert le requin mort a été alarmé par ce qu'il a vu. Des marques de morsure massives, d'un rayon proche de 50 centimètres, qui ont pu arracher d'énormes morceaux de chair. Ces marques ont une forme triangulaire caractéristique indiquant qu'elles doivent avoir été faites par un autre grand blanc. »


jeudi 29 octobre 2009

supercorde , pour ne plus se pendre au bout de la raison

Dans le poste de radio, il y avait une émission super.
ça me fait vibrer ces histoires.

Les physiciens et les multi-dimensions.

Les supercordes sont comme des cordes vibrantes de taille minuscule comme de petits filaments unidimensionnels pouvant vibrer selon plusieurs modes; on part maintenant du principe que les ingrédients fondamentaux de la nature sont des cordes et non des particules ponctuelles sans dimensions (d’où la médecine vibratoire…). On trouve deux types de cordes :

- Les cordes fermées : correspondent à des gravitons
- Les cordes ouvertes

Les physiciens ont décidé d’appliquer la théorie des supercordes à la thérorie de kaluza- klein avançant l’existence d’une cinquième dimension enroulé en cercle (cette dimension est invisible à nos yeux car sa taille car elle est de 10 puissance -33 cm, il nous est impossible de nous mouvoir en elle vu notre taille).

À chaque symétrie (je vous renvoie à la théorie de la symétrie), les physiciens ont ajouté une dimension dans l’espace-temps dans laquelle se réalise cette symétrie, ils sont arrivés à 7 dimensions et 11 dimensions pour l’univers !


amor vincit omnia...

je suis au travail mais je crois bien que je vais rentrer chez moi..
mon cerveau ne s'est pas bien calé dans son logement ce matin.
a cause de la clim du mac do de vierzon ( trop froid)
et puis je ne voulais pas rentrer de we en Limousin mais juste regarder les rapaces voler au dessus des bois

et puis la mer doit être bleue sur la côte bretonne
et la pêche le matin à marée basse

et merdre.

je voudrais regarder les formes zigzaguer tranquillement sous l'effet de la chaleur.
j'adore aussi entendre la pluie tomber en grosses goutes sur la tole ondulée. sous les éclairs, en compagnie des chevaux noirs et nerveux

je suis rentrée rentrée à la maison
j'ai mis la tondeuse en charge. je vais procéder à la tonte mensuelle.

sur le trajet , me suite faite très délicatement draguée par la dame du magasin ou j'ai acheté 3000 litres ( au moins) de jus de légumes et fruits . ah que ça fait du bien, les bonnes manières!

Dans la rue, une autre femme était tatouée grave grave, les lèvres de la bouche en bleu. je ne pense pas qu'elle ait eu le choix de ce marquarge.

c'est quoi votre vie?
quel type de dialogue intérieur entretenez-vous avec vous même?
moi, je n'arrête de (me) causer, de m'extasier , de m'étonner , de faire des rapprochements, de souvenirs et de présent.
je sais que je ne vais pas rester a Paris. je le sais comme ça.
et vous ,quelle est modalité d'être avec vous meme.
est ce que vous vous aimez bien?

un été suspendu

je ne me souviens pas avoir vécu un été aussi suspendu.

l'attente de la rentrée sous le signe de la démonstration en force de la puissance ultralibérale. ( ça c’est dit , de dieu !!)
et ma transformation intérieure qui n'arrête pas de prendre son temps. quelques fois j'aimerais bien que mon omnibusdudedans m'octroie une pause afin que je puisse pique&niquer puis siroter tranquillemen t au soleil.
Non non rien , j'avance au ralenti , je tourne en rond à cette même vitesse. je ne me pause pas, donc ne me repose pas encore. j'ai un peu oublié comment on fait.
j'aime bien observer les rails aux abords des grandes gares, un enchevetrement épouvantable de rails en folie. n'empêche que tout le monde arrive plutôt tranquillement sur les quais. je vais décider que ça va être comme ça pour moi aussi.
laisser faire. "difficile pour un bélier" me dit une bonne copine astrologue de pause café.
j'aime bien l'expression "transports en commun" , il y a derrière ces mots les vestiges d'un idéal communiste utopique mâtiné jungien et amoureux.
( "c'est galant" disait Molière)
je reste persuadée qui si chacun (e) était élevé(e) par le collectif à apprécier- au lieu de combattre- ce noyau de soi qui fait notre particularité , ça irai beaucoup mieux. La société de survie, avec tous ses niveaux; maintient une (op)pression énorme sur les individus. j'vous l'dis.
de quoi dépend le passage de société de survie à société de vie? au nombre de personnes qui ont besoin de vivre , qui vont oser se l'avouer ou qui ont eu la chance d'avoir été élevé dans le respect de leur propre personne ?
et qui le disent haut et fort ?
et qui se rassemblent?
la technique de l'ultralibéralisme consiste, entre autres, à prôner l'individu de l'individualisme en empêchant à 99% de la population de se vivre.

Jusqu'où va ton descendre dans la négation de soi avant la révolte. y'aura t'il de la révolte? un souffle de liberté?
Pendant encore combien de temps allons nous ne pas nous sentir en danger - individuellement ( puisque l'argument du "collectif " ne fait pas recette ces temps ci) ?
révolte sous quelle forme?
je vais regarder combien de personnes vont se faire vacciner contre la grippe . ça va donner une idée sur la capacité a ou ne pas gober la propagande générale.
je ne pense pas à un complot mondial , je pense seulement que le seul mot d'ordre est " se faire du blé vite très vite , quelle qu'en soit la manière.
et tant pis si on en crève.

je suis descendue , comme on dit en France jacobine, dès qu'on prend la direction du sud, hors donc je suis descendue dans le limousin.
soleil entre les branches, gueulantes d'oiseaux en tout genre.. chats chiens chevaux, vélo 3vitesses, impraticable dans la région, prunes, et berries en tout genre
faut juste que je commande le pain.
je vais rester la à ne plus bouger pendant 3 semaines ,
21 jours
me transformer peu à peu en moi même, avatar d'Huckleberry Finn

y’a trois troux du cul qui me balancent, des décibels à la mode tondeuses à gazon , avec leur parapente à moteur en direct ciel au dessus de ma tête. Et je me demande comment , je vais les zigouiller tout a fait anonymement.

l'amour

et si c'est pas grand, l'amour, ça n'a pas d'intérêt.

c'est ça que je pense avant de me verser une lampée de Cuba-Aliené, face au mont Gargan ( en Gaule, dès qu'on se trouve face à un monticule, on se rebouffe son Lagarde et Michard ( tome 1 je crois, celui qui parle de la balade du pendu, des fouasses et des belles à la rose qui.. ) .

je bois tranquillement entre le chien qui me bouffe les pieds et le chat qui hurle, écrabouillé par le cul du chien ( le même qui me bouffe aussi mes ex-tongs ) .

malaisie

je reflechissais sous ma couette, au sens de la vie (qui n'en a pas ) et je relisais " Malaise dans la culture". C'es bizarre d'avoir nommé un endroit de la Terre " malaisie"

bouclés en mode " survie"

j'ai tout juste compris, (il y a quelques jours, c'est tout frais, c'est dire ma naîveté) , que le cerveau des humains n'avait pas le programme " vie" . il boucle en mode " survie".
Il a pourtant les possibilités d'en sortir,il en a les métadonnées et l'expérience. Je ne sais pas ce qui lui manque pour fabriquer ce petit programme.
L'envie sans doute et le courage?

je hais les nautiles

J'irais bien au bord de la mer, la cote sauvage, vers Fourras. Je n'aime pas les cahutes à souvenirs de bords de mer. Je n'aime pas les coquillages vernis , les nautiles oussequ'onentend la mer dedans , je ne supporte pas l'idée de poser mon oreille contre cette plaie rose orangée.
Mon père avait un trou dans le dos, entre l'omoplate et la colonne, séquelle de tuberculose. Tous les soirs, ma mère lui refaisait son pansement. La plaie carnivore , grande comme une main, exhibait des roses éclatants de chair décapée par les désinfectants .Le premier môme qui passait par là était réquisitionné pour chasser les mouches afin qu'elles ne viennent pas se perdre dans ce corps déjà mité ...
Il se penchait en ouvrant son dos, apparaissait alors , à hauteur d'oeil d'enfant, la gueule du monstre aux lèvres nacrées et à l'haleine chlorée . La main habituée mais sans douceur de ma mère introduisait la pince à compresses au plus profond de la plaie, plongeait, lavait , rinçait , changeait la compresse jaunie par les secrétions. Il hurlait quand elle lui raclait un peu fort les muqueuses, Il toussait et recrachait la liqueur de Dakin tandis qu'une odeur de javel se rependait dans la cuisine. Je calculais tout bas le temps parcouru entre l'introduction du liquide coté pile et son expulsion coté face . Deux secondes. Boum le volcan. Ma main faisait semblant de chasser les insectes, des fois qu'une mouche aurait bien voulu tenter l'aventure, histoire de casser un peu la monotonie du rituel
Même dans cette position, Il demeurait redoutable, nous promettant les pires des sévices si nous ne tenions pas tranquille . Notre ogre à nous , celui dont dont avions hérité ; notre karma collectif, portait en lui une dégueulasse béance morbide. Ça ne l'empêchait pas de cogner, très fort.
Quand j'évite une catastrophe, quand je sors vivante d'une histoire de non-amour, quand j'échappe d'un accident de voiture, après l'onde de choc, je savoure l'infinie douceur de la vie qui vient , comme quand je retournais à mes occupations après le pansement. Oui, cette semaine , j'irai chevaucher les hippocampes géants.

la terre tourne pas rond

J''ai écouté l'autre jour Rocard. Je ne pense rien de lui. Mais j'ai écouté. L'Artique fond, ( je n'aurai pas le temps d'aller voir les icebergs bleus. J'en fait mon deuil, un de plus). L'Artique fond ce qui va permettre aux cargaisons diverses de passer par le pôle plutôt que de contourner la Terre par le canal de Suez ( et Panama ? ). La bataille des eaux territoriales fait rage et le Groenland demande son indépendance parce que sous la glace git le gaz, surgit le gaz, la manne pour les compagnies pétrolières. Le capitalisme s'adapte à toutes les sauces, c'est ce qui est génial dans ce système. Il est juste le reflet de notre cerveau collectif dans son incapacité a créer de la vie mais juste capable de se boucler, ad nauseam, dans la survie, réagir en sauve-qui peut, en sophistique les modalités jusqu'à se leurrer lui même . Le cerveau collectif ne sait pas gêrer plus loin que sa survie, il sait très bien s'adapter en stratégies toujours plus risquées et sophistiquées mais sans quête réelle du Bonheur. Il ne sait pas? , n'ose pas? , n'y trouve aucun intérêt car placer son énergie dans la construction du bonheur, n'est pas assez jouissif et immédiat. J'ai cru en l'intelligence collective. Je n'y vois aujourd'hui que l'état primitif à répétition. Qui ( au pluriel) , quoi d'inconnu transformera la boucle en spirale ascendante?


Comment vais je évacuer? Urgent, mettre au point mon plan d'évacuation, ouvrir mon manuel des castor jr. Retrouver mon axe. Penser aux bonnes choses. Je mate par la fenêtre tous ces verts chauds d'été indien du limousin.Le silence de fin de journée. J'imagine que le chien , à force de saisir le chat dans sa gueule, va réussir à le saucissonner en deux. Avant ce soir , je vais hériter de deux Moxie cats , un Mox avant et un Mox arrière. ça me fait penser à la fable du serpent. La queue du serpent , qui en a assez d'être gouverné par la tête revendique le volant auprès des dieux . Ceux ci concèdent à sa requête. Mais la queue trop con ( !!!) ne peut conduire le serpent et l'envoie à la mort.
Le serpent cosmique est ivre. Voila pourquoi la Terre ne tourne pas rond.

dans ma famille , cet été

J'ai fait un tour dans ma famille, normal , c'est les vacances et je les aime.
une atmosphère de -mort évitée pour cette fois- régnait jusque dans les petites cuillères à dessert. Faut dire que depuis quelques années, ça tombe a vue d'oeil, les jeunes, les moyens les vieux , les accidents et les cancers, les tumeurs diverses et variées qui rident les gueules des plus angéliques . Y'a des trous intergénérationels, il en manque. On compte les vivants comme les soldats après la bataille, sans se faire d'illusions sur la suite.
Cette fois , on a même pas rit . Même pour l'enterrement de ma grand mère, on a avait réussi à chanter. Il semble que l'on a plus envie de croire à un demain digne de ce nom.
Il faisait beau et le chasselas et les pêches de vigne sont déja mûrs. J'ai le sentiment de les voir pour la dernière fois. Leur image va peu a peu disparaitre dans une tempête de neige magnétique comme un film video usé à force de le passer dans le lecteur vhs.
Oui, nous irons faire les soldes à Londres avec la jeune génération.
oui, je jure de ne plus lme couper les cheveux aussi court, de si beau cheveux.
oui, j'ai sale gueule, je ne suis pas vraiment heureuse ces temps ci. J'ai reçu Pluton lancé a tout vitesse dans l'estomac et le coeur.
oui, je veux bien être la parainne du dernier né de la tribu
et je veux bien aussi allez chercher de l'eau à la ferme plus loin qui est branchée sur un autre chateau d'eau. car nous, on est une fois de plus en panne de flotte et personne ne veut prendre son café sans eau.et personne ne veut boire l'eau du chien. Faut dire qu'il passe son temps à bouffer les merdes des chats.
Bon Il reste du thé froid d'hier. je vais le faire chauffer pour mon petit dej avec une tartine de fromage de chèvre. Fanny arrive avec un container à eau. Je pars avec elle et son môme dans un BX déglinguée, quelques km a fond les gamelles dans la poussière du chemin entre les champs de maïs. On fait le plein d'eau chez sa mère, 92 ans, une ferme perdue dans la monoculture.
On revient l'eau est attendue et bienvenue.
Je bois un coup, je rentre chez moi, 50 bornes plus loin en écoutant la radio. Il y avait quoi déja à la radio? Le chien a fermé sa gueule , je lui ai tenu la patte pendant tout le voyage pour qu'il cesse de gémir.

j'ai caressé le chien

J'ai caressé le chien et ma main est devenu noire de crasse. J'ai pu alors y lire ma ligne de vie. Elle ne s'arrête pas sur la paume mais poursuit son chemin en contournant le poignet puis remonte vers l'exterieur de la main. Elle s'arrete pile poil à la limite de l'intérieur et de l'exterieur. Je vais me trainer sur terre encore longtemps?
De milliers de lignes se croisent et s'enfuient. Des étoiles, des triangles et des arcs se reposent dans mes mains. La guerre est finie? les armes sont elles déposées?
Avec le soleil, ma peau s'est recouverte de taches, de millions de taches oranges. Mes poils ont blondi, les cicatrices ressortent.
Des cicatrices de couteau , celle pour avoir tenté d'ouvrir une boite de conserve avec le grand de la cuisine, celle quand j'ai découpé un gateau aux fraises et que le lambeau de chair tombée au milieu des fruits a été avalé par les invités affamés mais sans éducation. ils ne ne m'ont même pas laissé un morceau, ne pensant qu'a leur estomac alors que je tentais de réduire l'hémorragie dans la salle de bain, ça pissait partout et j'avais faim .

encore du rêve

j'ai rêvé cette nuit que je perdais mes cheveux par poignées parce que je m'étais exposée à de mauvais courants d'air. ( je me suis fritée avec mes collaborateurs parcequ'ils n'en branlent vraiment pas une. ils se sont plaint au syndicat et je me trouve avec une plainte pour harcellement sur le dos, ça me galope dans la tête, je crains rien techniquement parlant mais ça me travaille tout de meme, mon 'idéal d'humanité prend des sacrés coups en ce moment ).
Dans ce rêve, Je me retrouvais tête nue, mon cerveau à fleur de peau, les cheveux dans les miennes de mains, à ne savoir qu'en faire.Pas le temps de trop me panser , car à ce moment, il fallait juste se planquer à cause de la guerre atomique toute proche.
(J'suis cool comme gonzesse...)
Je vois en le racontant toutes les lectures qui s'offrent, dont la difficulté à gêrer le trop de proximité entre ce que je pense et ce que je suis , la bête à poil nue.
Tous ces poils dans mes mains, roux de henné , couroux haineux. le poil dans la main..
Je perds tout doucement mais violement mon idéal d'humanité, comme une mue de serpent. Je sais que je ne le perds pas vraiment et qu'il va réapparaitre sous d'autres avatars.
Mon poil en soie perdu de ma tête est une étrange matière à penser.
mais ne jamais oublier qu'autrui n'est pas un cochon ....mais que, bon, quelque fois , j'aimerais bien l'envoyer griller en enfer, lui et sa couenne.

puces RFID

un extrait de [michelbouffioux.skynetblogs.be]:
".. Pour le moment », soulignent prudemment les experts du G.e.e., «la puce VeriChip n’est donc pas un système implantable de positionnement par satellites». Toutefois, «la société américaine Applied Digital Solutions (A.d.s.) a déclaré qu’un implant prototype de localisation par satellites avait été testé avec succès.» Une avancée technique, précisons-le, dont A.d.s. se vantait déjà en 2003. On n’arrête pas le progrès… Le G.e.e. a aussi fait le point sur quelques recherches en cours à propos des implants électroniques pour humain : «La société bavaroise Ident Technology (http://www.ident-technology.com/) propose des dispositifs utilisant le corps humain (en particulier la peau) comme transmetteur de données numériques ; (...) le brevet d’un implant télécommandé déclenchant un orgasme féminin par simple pression sur un bouton a été déposé aux Etats-Unis en janvier 2004».

et pour celles et ceux que ça demange
et voir ce site [
www.stoppuce.be]


et bientôt , une puce implantée sous ta peau qui te dira " dis moi, dis moi qui est la plus belle" ,
tu sera obligée de lui dire , " ô ma puce c'est toi biensûr"
sinon, elle t'explosera de l'interieur dans les 3 secondes suivantes.
Imagine ta vie quotidienne
C'est ça les puces, j'vous l 'dis.
et pour cette race là , pas de DDT

H1NI la suite

il ya du bon dans les repos forcés: la lecture et je tombe sur une phrase " l'écriture à l'origine , c'est la parole de l'absent" c'est pourtant évident comme truc mais je n'y avais jamais pensé

les trous

je suis diablement sujète aux trous de mémoires; particulièrement dans les salons.
Je sais pourtant parler des heures et des heures non stop mais, dès qu'il s'agit de mondaniser,( invitation à diner dans l'argenterie, pinces cul, réunion de boulot..), j'ai des trous. des foultitudes de trous de mots, des absences.
Paf au milieu d'une phrase, un mot disparait. Pendant, que je sens mon fou rire monter, because comique de répétition, je vois le mot s'échapper et rejoindre le reste de ma soupe cosmique interne pour s'y expliquer. De quoi? , j'en sais rien mais je sais que ça va discuter sec.
Comme nul ne sait quand le conciliabule cessera, nul ne sait quand le mot remontera en surface. Nul se sait quand je pourrai reprendre le fil de la conversation. Peut être bien jamais. mais est-ce vraiment grave?
le mot a laissé place à un trou de mémoire. Un trou avec plein de mots autour.

ça m'étonnerait pas si on me disait , sous le sceau du secret, qu' Einstein et Freud avaient comploté. Jacques Lacan est le produit de leur dessein. Le père du point de capiton.( ça m'a toujours fait pensé à comédon , ce truc là.
Point noir, trou noir; même combat

je vous l'dis , vaut mieux se calter avant qu'il ne soit trop tard.
oui, mais où?
A cet instant précis , je me réfugie dans le frigo, où m'attendent déja jus de carotte et citrons verts.
je vais bricoler l'interupteur afin que l''ampoule ne s'éteigne pas.
froid, ok ,
noir, ok
mais pas les deux en même temps .
surtout que je ne loge pas dans le frigo avec une polaire. j'ai deja testé.


beler c'est se rebeller

Tous les soirs vers 21H , un homme à vélo descend la rue des Amandiers en bêlant. ça devient un vrai rituel. les gens l'attendent et bêlent à son passage. Hier soir , il a été accompagné par nos cris de bête, au moins jusqu'au Père Lachaise.
venez nous rejoindre, ça fait du bien de bêler un bon coup.

puis,
je suis tombée sur cette video [www.dailymotion.com] ( la fin de la première video)

+ le Génie des alpages

= BELER, c'est se REBELLER

le boulot

Je t'explique : je pensais jusqu'a présent , qu'en améliorant les conditions de travail ( techniques, organisationnelles, relationnelles, dans le service dont je suis responsable, on pourrait passer, mes collègues et moi, 7h 30 ensemble de manière agréable.
Cette vision et sa mise en pratique, obligent chaque personne de l'équipe à se responsabiliser à minima.
j'ai compris que ce projet n'était pas partagé par tous et que, pour la plupart des personnes travaillant dans l'atelier, la confrontation à leur propre responsabilité leur est insupportable.

le résultat

hier soir , en lavant mes dents, j'imaginais mettre en superposition les photomatons de mes chéries passées, pour n'en faire qu'une image.
je n'ai pas osé et n'ose toujours pas imaginer le résultat.
je suis rentrée dans mon lit en ricanant très bêtement.

prochaine reincarnation

en Axolotl:

L'Axolotl est un urodèle (un groupe de batraciens) originaire du Mexique.
Il fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l'état larvaire sans jamais se métamorphoser en adulte, et donc de se reproduire à l'état larvaire (néoténie).
Une autre des particularités qui ont fait la célébrité de l'axolotl est sa capacité à régénérer des organes endommagés ou détruits. L'axolotl est non seulement capable de reconstituer par exemple un œil manquant, mais il peut aussi recréer certaines parties de son cerveau si elles ont été détruites.

prochaine reincarnation , j'aimerais aussi être plus forte en math pour rigoler avec les formules et forte en muscle; pour sortir le fumier de la cabane des chevaux . Allez , j'y vais , Coconelle m'appelle, j'enfile mes bottes " le chameau", une fourche et l'idée que c'est bien. c'est bien c'est bien.

ce matin ,j'ai la lune de bois

ce matin de la nuit encore sans nom de mardi à mercredi, j'ai la tête, interieurement eexterierement en vrac. C'est jeudi , c'est toujours comme ça .
je vais partir à travail, le bas du corps en tenue de gouine, un peu à la façon des pompiers de la ville de Paris en intervention orsec.
quant à mon paletot, il n'est pas idéal , mais j'y vais.
faudrait que j'y aille
faudrait que je bouge

des noms aux nuits

quand je pense qu'elle est devant notre nez, .. là tout près.
la lune, la luna. the moon, der mund.
y''en a autant que de langues .. y'en a infiniment des lunes, chacun(e) sa lune, oui ! chacune des lunes oui oui ! et des lunes pour toutes et tous .. oh la la oui ! des lunes qui éclairent très fort au dessus des arbres et des vies.

Faudrait donner des noms aux nuits, afin qu'elles existent avec autant de droits et d'assise que les jours, mais sous un éclairage différent; celui des lunes justement.
Les nuits de pleines lunes ouvrent des pistes invisibles au jour.

à bas les "nuits du lundi à mardi" , les "nuits de samedi à dimanche" sans existence propre comme les cadavres dans les morgues, " décédes dans la nuit du tant au tant. on verra bien demain pour l'identification". ça fait quoi tout ça :
des morts sans noms + des nuits sans noms= des morts sans vie.
On veut des noms ! , des vrais pour les nuits. c'est pas compliqué!

Pour chacune d'elle; un nom propre et étincelant; un nom de fièrté teintée d'orgueil et de ruse
Un nom pour chaque nuit et je suis persuadée que ça irait deja mieux sur terre.
Allez patrone.., un petit dernier avant la fermeture .

la déprime politique

autant être en forme pour mieux lutter.
pour ma part , je refuse de rester déprimée , déprime dans laquelle le contexte ( social, politique ..) aurait tendance à nous assigner .
Ne pas se laisser déprimer, en allant en thérapie si nécessaire, ne pas se laisser avoir et ne se pas se laisser mourir intérieurement .
Installer la déprime dans un société permet d'avoir de bons esclaves.

Quant à la proliferation des méthodes, thérapies rapides , par téléphone, en 3 mn au micro onde, ou en suppositoire fluo à rayures vertes et bleus , bof bof... tout est bon pour faire du fric.
je me souviens des suicides à la suite de thérapies new age mal dirigées..
j'ai aussi rencontrés des psy, bardés de diplomes, dans la bonne tradition freudienne, nuls comme des pieds et bêtes comme des cochons; des ânes à liste... comme disait leur gourou

jojo2

Ce soir , alors que je traversai le pont sur la Marne et que j'observai le vert trop lourd de la rivière, je me suis mise à pleurer en douce . Les larmes se sont laissé kidnapper sans résistance par les remous. En même temps, je chantais Aragon , . « .que serais je sans toi ,...que serais je sans toi que ce balbutiement... ».
Elle avait décidé de se faire bruler plutot que de finir en terre. Elle l'avait écrit avant de s'endormir pour toujours près de la rivière.
Mon dernier souvenir d'elle est un petit pot gris surmonté d'un ridicule chapeau chinois que l'on nous présentait comme étant ses restes. Non vraiment pas .. ça ne peut pas être elle , elle ne peut pas tenir dans un espace si étroit. J'ai essayé de me souvenir des ses folies et de nos rires.
Dans les couloirs du RER à Nation, je sifflotais l'air d'une chanson interprétée normalement par Jeanne Moreau « j'ai la mémoire qui flanche je ne me souviens plus très bien.. » .
Ça marche pratiquement à tous les coups , quelqu'un dans mon dos à repris le couplet et nous avons sifflé ensemble jusqu'à ce que nos chemins se séparent.
Dans le métro, je sifflotais toujours mais plus bas . Un type à coté de moi me dit gentiment, « je connais cet air » et je lui reponds , oui Jeanne Moreau et aussitôt je lui ai chanté un peu de
« On s'est connus, on s'est reconnus.
On s'est perdus de vue, on s'est r'perdus de vue
On s'est retrouvés, on s'est séparés.
Dans le tourbillon de la vie.

On a continué à toumer
Tous les deux enlacés
Tous les deux enlacés.
Puis on s'est réchauffés.

Chacun pour soi est reparti.
Dans l'tourbillon de la vie.
Je l'ai revue un soir ah là là
Elle est retombée dans mes bras.

Quand on s'est connus,
Quand on s'est reconnus,
Pourquoi se perdre de vue,
Se reperdre de vue ?

Quand on s'est retrouvés,
Quand on s'est réchauffés,
Pourquoi se séparer ?

Alors tous deux on est repartis
Dans le tourbillon de la vie
On à continué à tourner
Tous les deux enlacés
Tous les deux enlacés.

Deux stations plus loin , je suis descendue et après avoir pris un tract du PCF, je me suis souvenue que dans un mois, c'est son anniversaire. Elle est venue cette nuit pour me le glisser à l'oreille.
Elle a cru que j'allais l'oublier ? Pffffou .

jojo

ça fait des mois, que je ne me souviens plus de mes rêves et cette nuit , j'ai vu en songe une vieille ex qui a disparu de la terre depuis des années et qui me glissait à l'oreille une sorte de message .. dans le genre " vas y continue, je suis avec toi" . je suis sûre qu'elle est venue cette nuit.
elle était totalement déjantée. Quand sa mère venait à la maison , à chaque fois, elle somatisait et se couvrait de boutons comme la rubéole.
je savais son état émotionel intérieur à la manière dont elle se raclait discretement la gorge en lisant. Le souvenir de ce petit bruit m'émeut et me bouleverse encore.
la nuit, on dansait le rock comme des enragées et je lui inventais des plats exprès pour elle. c'était pas toujours une réussite
elle conduisait comme une dingo sur la route , j'avais tellement peur que je passais sur le siège à l'arrière de la voiture .
elle chantait horriblement faux et à tue tête des airs d'opéra... the fairy queen, le chant de la terre ( imitation kathleen ferrier ) et... juanita banana.

tahitiennes

une tahitienne , est ce bien ? ça boit du monoi tout la journée. enfin... les tahitiennes constipées

poilue comme un petit singe japonnais


je voudrais être poilue comme les petits singes qui vivent dans le sources d'eau chaude au Japon. ils restent des heures en méditation jouissive, le poil radieux et léger auréolé de glace . Les flocons de neige leur chatouillent un peu les oreilles mais c'est pas grave: ils ont chaud dans l'eau.
c'est presque l'au-delà

La Roche-Migennes

bon la Roche-Migennes.
Tous les jours pendant des années , j'ai pris le train en gare de Lyon , destination Melun.
Le terminus était la Roche-Migennes.
Est ce parce que j'aime aller au bout des choses mais a moins d'être divertie par un collègue de boulot, je me suis mis à rêvasser sur cette ville inconnue et qui devenait de plus en plus clairement le décor de mon picnic idéal.
Je voyageais en troisième classe , mon panier en oisier sur les genoux, plein d'une bouteille de cidre , d'un paté de lapin, d'un Selles sur Cher , d'une tarte au citron et d'une nappe Vichy rouge. Le pain , je l'acheterai sur place.
Je matais discretement mes compagnons de compartiment, un couple de paysan du gatinais , revenant de comice, une femmes et sa fille adoslescente d'un 15 zaine d'annéee, un séminariste au long cou et des jumeaux rouquins jouant aux cartes. Évidement , nous étions serrés, transpirants et somnolants. Quelques évènements nous sortaient regulièrement de nos siestes respectives. les jumeaux trichaient, le séminariste avait soif mais les paysans ne partagaient surtout pas leur casse croute avec celui qui pourtant leur donnnerai gratuitement l'extrême onction.
Les gares défilaient à vitesse d'escargot, les portes du compartiment s'ouvraient et se refermaient avec toujours le même commentaire : " c'est plein, on va plus loin"
Melun , Vulaines sur Seine, ( un de ces 4, j'irai visiter les Malarmé, sinon ils vont faire la gueule ), Moret sur Loing ( un jour, j'irai boire à nouveau le champagne chez la veuve Clemenceau) , Faux sur Yonne, Joigny, enfin la Roche Migennes.
Cette rêvasserie durait le temps du trajet jusqu'a Melun .

Un beau samedi de septembre, je suis allée en vrai à la Roche-Migennes (...au bout d'un moment, j'ai besoin de changer de fantasme... ) entrainant dans cette aventure une copine amusée.
Cette ville est un bout du monde, un noeud ferroviaire en voie de désertification. Des maisons en brique se chauffaient la façade sous les rayons d'un soleil d'automne. Personne dans les rues, il devait être midi ou 13h. En attendant le train de retour , nous nous sommes installées à la terrasse du bistrot le plus proche de la gare, assises au soleil d'un autre siecle, nous avons dévoré chacune un énorme sandwich paté cornichon ( j'adore ce mot: corps-nichon) taillé dans un pain de deux ( livres ) et des Orval périmées de deux ans . Le patron nous a béni pour avoir liquidé son stock de bière passible d'une amende de la DASS.
De retour à Paris, je planais bienheureuse et radieuse. Mon amie ; toujours amusée.
A la suite de quoi, nous avons vécu quelques bonnes années ensemble.

les langues

j'ai toujours rêvé d'apprendre toutes les langues du monde, en 12 piqures.

et pour les langues mortes... des sachets de granulés à dissoudre dans un grand verre d'eau.

et pour les langues à venir ,
juste délier les sentiments et les plaisirs

je vais aller manger dans ma cantine de prolétaires rouges.
y'aura du choux.
bon pour apprendre le
serbe le slovaque.

j''aime dire ton nom camarade humain(e)

j''aime dire ton nom camarade humain(e) , le nom qui t' est propre. j'aime te le dire parce qu'il m'est doux et parce qu'il te signifie ton existence à mes yeux.
te dire c'est te reconnaitre comme égal , pas moins ni plus que moi .

Sur la toile , dans les messages, dans les sms, je n'aime pas cette manière généralisée de ne pas dire bonjour, ni au revoir, je n'aime pas cette modalité d'interpellation . je pense que ça ne fait pas de bons humains.

Il n'y pas longtemps , je reçois d'une ex - que je n'ai pas vue et a qui je n'ai pas parlé depuis au moins 3 ans - le sms suivant : " c'est quoi le nom du bistrot librairie en bord de mer en Bretagne ? "
pas bonjour , pas au revoir , moi, la guide michelin .
j'ai aussi senti un autre sens: pas besoin de salamalecum entre nous, on est si proche potentiellement .
ben si , moi , j'en ai besoin et même si on a été proches, on ne l'est plus.
elle a tout gagné, je n'ai pas répondu.

edvige, tu m'étouffes

Je t'avais pourtant demandé de ne plus t'approcher de moi.
Ce n'est pas que je sois une sauvage mais j'aime bien me sentir libre et aimée d'une toute autre manière.
quand je me sens coincée, c'est plus fort que moi, , je deviens con et irascible.. déja que je ne supporte pas les pulls à col roulé alors tu m'imagines, prise dans tes mailles... je me débats, c'est garanti.

Je te jure, j'aime bien la République , je comprends jusqu'à un certain point l'idée de sécurité de l'Etat. Tu me dis que ton système de contrôle c'est pour mon bien .... , mais là c'est trop; je commence sérieusement à douter de toi.

je ne suis pas la première avec qui tu prends un râteau, j'ai sous les yeux la liste de tes échecs ( [nonaedvige.ras.eu.org] ).

Allez je ne discute plus, lâche moi maintenant.

quand j'ai tué

Un voisin chasseur me tend un fusil. Pour la première fois, je prends, je vise, je tire deux fois , rapidement, je tue deux fois . les oiseaux tombent un peu plus loin. A coté de moi , deux ados en treillis et bottes restent ébahis devant tant d’adresse. je pose le fusil sur la table de jardin, marche lentement, observe les deux corps morts, écrasés à terre, le sang en dehors du corps, déjà coagulé dans les plumes. Un des deux pigeons n’a plus de tête. Une minute plus tôt, ils volaient avec leurs potes, libres, heureux sans doute. D’un coup de fusil.. j’ai agi, j’ai tué, j’ai crée la mort. Je n’ai pas compris ma jubilation à le faire. Depuis, je refuse impérativement de toucher une arme parce qu’elle éveille la meurtrière qui somnole en moi. Je ne sais même pas si je suis encore capable de tirer des cartons dans les fêtes foraines, la vision de ces plumes ensanglantées s’intercale entre la cible et le bout de la carabine .

Comme si j’avais tué Icare , le deuxième , celui qui avait compris comment vivre sous le soleil et qui se rendait à un meeting intitulé « just do it ».

mercredi 28 octobre 2009

guimauve mongole

Cette nuit, j'ai revé de la recette de la guimauve mongole.
je me souviens precisément d'une seule chose : il faut impérativement se procurer des ingrédients de première qualité

H1N1 xontre BK

j'suis en bataille interieure, mes HINI en bataille contre mes bacilles de Koch. y'a de la rumba dans les bronches.
je sais pourquoi je suis malade , Si c'est pour me faire taire, qu'on se lie dise , jamais jamais personne ni bacille ni NH ni moi même et mon surmoi civilisé ne pourront me faire taire

épargnez lui un PET

un nouveau placement bancaire ( oui, je sais, ce n'est pas le moment) : le Plan Epargne Thérapie.
Puisque l'enfant est , à la base, le produit hypermétropié de l'inconscient de ses parents respectifs et de leur folies associées,
alors, dès la naissance de votre enfant... et même avant, ...mettez lui du fric de coté pour sa future psychanalyse.


Et j'entends deja le choeur des puristes s'élever d'une seule et monolithique litanie: " pas possible, t'as rien compris ( évidement !!!), faut payer soi meme pour que ça marche.
C'EST PAS VRAI TOUJOURS !!!!

Mox , the wanker ( c'est pas poli, je sais)

je me réveille ce matin et le premier mot qui me vient est " wanker" .
Très doucement je le sussure à l'oreille de Moxthecat qui m'envoie aussitôt une patte griffue dans le nez et me commande dans la foulée son biberon . Je m' exécute sans attendre.
Ce félin comprend l'anglais.

mox jr encore

the Mox jr m'a obligée à faire une partie de tigre du Bengale attaquant les lanciers du même coin ( voir le film ) . il a reçu quelques balles dans le corps . j'ai opéré et lui ai sauvé la peau. il ne m'attaquera plus puisqu'il a une dette envers moi. Il sort de salle d'op (anesthésie générale), il est maintenant hors de danger.

je me repose.

Aaah merde... , il s'est à nouveau transformé et cette fois en dragon de l'empire céleste du milieu ( mafieu) .
son haleine fétide envahit mon espace, tandis que ces yeux perçants scrutent mon âme. Ô lord , please, save my spirit
je rentre tard ce soir, Moxie jr the cat me glisse doucement à l'oreille : " chérie, tu as encore oubliée de me laisser la carte bleue, j'ai du aller demander du fric aux voisins les joueurs de pokers , et tu me connais un peu mantenant; je suis resté jouer quelques parties... il faudra que tu passes payer mes dettes de jeu demain matin".

Cet oubli de carte bleue, Est ce un acte manqué de ma part ?
une méfiance inavouée?
la complexité et la finesse de cet animal me font craquer
j'ai lu des mots super ce soir, ceux là : le divin supplice de l'intelligence. ( je ne parle vraiment pas de la mienne mais de la confrontation a l'intelligence autre ,l' intelligence d'aliene.
je n'ai pas le courage de changer de topic

encore histoire vraie:
Hier soir tard, je remontais la rue de Charonne ,un homme m'accoste et me demande en mariage.
ce n'est pas la premiere fois qu'à ce même endroit précisement, un homme me demande en mariage. ( même pas une fille pfff...).

après reflexion et constat sur le terrain ,j'ai compris: ces hommes (demandeurs de femmes en mariage) sortent tous de terre , jour après jour, à la même heure, par cette plaque de fonte portant l'inscription GAZ .

Sauf qu'ils se sont fait couillonner par le passeur. Il ne faut pas sortir par là , c'est pas la bonne plaque et pas au bon moment
car c'est celle à coté de laquelle je passe tous les soirs, à la même heure.

iphone.aphone

l'iphone.
Avez vous deja agrandit une photo sur un i phone.apple ?
en écartant très délicatement la photo entre le pouce et le majeur ( ou l'index, ça dépend de l'humeur)
chaque fois , ça me laisse rêveuse, bizarre, aphone , un bon moment .

le tremolo

un souvenir me revient . J'avais une copine de classe qui chantait avec un super trémolo dans la voix. Elle m'avoua un jour qu'elle avait appris a chanter de la sorte en se collant contre la machine a laver en phase essorage.
Je me demande si elle n'avait pas appris autre chose qui la faisait chanter comme un rossignol.

Asmahane

Asmahan, la soeur de farid el atrach . les mauvaises langues et la légende disent qu'elle aurait été tuée par om kalthoum, sa rivale.
http://movie-musical-world.blogspot.com/2009/02/asmahane-princesse-et-espionne.html

les sources

un de mes plans préférés est de passer de village en village, n'importe où à travers le monde via google earth. ça me donne le vertige, j'adore ça. passer du pôle nord au pôle sud en 3 secondes.
Sous l'eau puis loin et vite dans les étoiles.

Ce soir , je suis allée voir ma maison. La photo satellite a changé. Les prés sont si verts, je reconnais les traces des bestioles et des départs de sources.

mardi 27 octobre 2009

SCF ( sans concience fixe)

c'est toujours une interrogation pour moi quand je rencontre des filles homo qui n'ont aucune conscience politique ( politique, polis, vie de la cité) ..

Moi ça me dérange pas......c'est quoi une conscience politique ??

ben oui.. carmen c'est bien ça qui m'interroge... ta question.
tu as quel age , tu as vécu quoi? y'a pas des choses que tu trouves insupportables? , des lois, des actes homophobes, des actes contre les femmes etc? et qu'a partir de ton vécu d'homo, tu n'élabores pas une grille de lecture du monde ? et que tu ne te dises pas " de l'oppression je n'en veux pas ni pour moi ni pour les autres?
voila , c'est ça la conscience politique
analyser comment on a intégré la peur, la soumission, la violence ( dans la rue , dans la famille, au travail.. et pas seulement par les hommes mais dans les rapports avec les mères ( j'en ai entendu de bonnes à ce sujet.. ), les père , les frères.. etc

virer cette peur et cette soumission , aller chercher la vie au fond de soi et la faire éclater comme 1000 soleils.

et puis il y a le courage d'agir, de dire, de ne pas laisser faire n'importe, dans la rue, devant les keufs ou les controleurs de métro, ces nouveaux miliciens, dans la famille , a l'école .
trouver le courage et l'engagement et créer de la résistance et de la vie, dans la société et dans sa vie privé aussi , dans ses relations amoureuses, amicales. Assumer ses zones d'ombres et celles des autres.

vaste programme

et rien n'empèche d'aller guincher comme des folles et de s'envoyer en l'air mieux que les cosmonautes

les 3 du 3 eme

'J'ai au moins bossé 2h 45 aujourd'hui. Tout de suite en arrivant, (avec le wanker cat ), une partie de dragons volants qui rient et crachent le feu . puis le thé avec une tartine de pâte de sésame avec du miel, et une tisane en forme de poire je pense à la vieille du troisième avec ses jambes enrubannée de bandes velpo à cause de ses ulcères variqueux. Le palier sent le café au lait,
Il m'arrive de discuter un peu avec elle. Un soir, elle m'a demandé de lui rêgler le son de la télé. elle avait appuyé sur la touche " mute" de la télécommande. je suis entrée dans son gourbi .. l'odeur de sa mort prochaine, d'abord l'odeur puis l'encombrement et les vieilles casseroles en alu.
des piles de journaux adossées aux murs qui l'enserrent comme un cercueil. je comprends: quand on a 90 ans , moitié aveugle avec les jambes bouffées, comment peut on avoir envie ou même avoir la force de ranger . l'espace vitale se rétrécit naturellement dans l'exact sens inverse du début de la vie. je ne connais pas (encore) son nom, mme......
Depuis longtemps , on a oublié qu'elle a porté un prénom. Elle lui a pourtant donné vie. S'en souvient 'elle , elle même? elle se parle comment à elle-même? le jour, la nuit, devant la télé, avant de s'endormir..assujettie au rétrécissement de son corps et puis et puis la douleur en cadeau Bonux.
allez stop.

gay pride

et les filles, si vous défiliez en char? déguisées en..

....

bien bien,
l'imagination n'est vraiment pas au pouvoir...

allez les gonzesses, remuez vos neurones , que ça démémage un peu ; sortez vos side cars et vos parachutes ascensionnels et usez de vos forces vitales.

la vie ne s'use que si l'on ne s'en sert pas

il faudrait demander à Sainte Hildegarde de Bingen de vous jeter, depuis le paradis, des paillettes clignotantes-par-tout-temps, ( brevet perso)
de temps à autres,
en fonction de
la localisation du char, ( carrefours stratégiques)
mais aussi
en fonction de l'effet que pourrait produire
l'explosion de ces étincelles divines
sur les spectateurs ébahis.
" On veut devenir des pdettes" hurleront 'ils ,
au passage du charriot majestueux , mus (?), eux aussi , par la Démence lumineuse.

la mort sur le champs

car il va bien falloir accueillir la mort avec une certaine légèreté. puisqu'elle est inexorable autant jouer cette dernière scène de l'acte incarné avec force et splendeur. Ouais, autant finir sur le champs d'honneur , en vainqueuse de ses propres ombres.

histoires vraies

tiens y'a une histoire vraie qui me revient..
Dans le cadre du boulot, je recherchais par téléphone, un monsieur dans une grande entreprise .
Comme j'ai la memoire qui flanche coté nom propre, au standard ,j'ai expliqué les attributions du monsieur et dit que son nom commençait par "M".
On me passe un bureau puis un autre , une demi douzaine... et je racontais toujours la même histoire de ce monsieur dont le nom commençait par "M"..
enfin , je retrouve le monsieur qui me dit " bonjour, ici mr Labouse"....


une autre ... vraie.
un cocktail.. le notaire du bled me drague glauquement . ce monsieur avait un pied-beau mais ce n'est pas ça qui me dérangeait, c'était sa façon d'etre notable gluant. Il me dit , entre deux verre de mauvais whisky : " vous savez , j'ai le bras long..."et je lui rétorque, comme ça , sans refléchir : "oui , mais pas la jambe"

si j'avais une rente

je passerais une partie de mon temps à écouter la vie des gens et à fabriquer mes vêtements.
En sortant du métro, j'ai entendu le cris des oies sauvages et une gamine m'a regardée bizarre parce que j'avais un petit chapeau jaune et noir fraichement acheté dans une boutique à coran et que j'attendais la tête en l'air ( et en vain) le passage du V comme victoire
dans ciel
entre les rangées d'immeuble.
j'ai encore failli me prendre un gadin a cause de mes chaussures sans crampons. Il pleut. est ce vraiment sérieux à cette saison? mes tomates vont attraper le mildiou.

casque a boulons

alors je continue , sur un autre registre. a propos de gnole et de casque a boulons. Je n'en sais plus en quelle saison ; l'alambic s'installe dans un coin ad hoc du village ou je vivais, pour assurer la transformation des fruits macérés en pur nectar à tuer le vulgaire.
j'adore les métamorphoses. De bon matin, j'allais filmer le boulot.
Evidement , je gouttais avec le distillateur le pur diamant liquide sortant du serpentin.
Cette gnôle tiède contient de l'éther à gogo. Il nous fallait manger pour absorber .
Vers 10h , je commençais à voir trouble,
vers 1Oh 15, à raconter ma vie au chien du monsieur, assise sur une botte de paille,
et à 10h 30, je roupille pas loin du foyer rempli de buches qui craquent de plaisir et de feu.
ce n'est que vers 14h , après 3 cafés que j'ai pu rentrer à la maison, coiffée d'un heaume façon casque à pointes tournées vers l'intérieur.
en ce moment je pense que notre culture repose sur l'interdit officiel de l'inceste tout en maintenant le droit de cuissage .( officieux)

"... Les tests psychiatriques révèlent que 97 % des hommes qui commettent un assaut sexuel sur un enfant ne sont pas des malades mentaux. Ils pourraient avoir des problèmes de «personnalité», comme de nombreux hommes qui n’attaquent pas les enfants, mais ils savent exactement ce qu’ils font. Souvent, leurs actions cadrent avec les valeurs de la société qui présente les femmes et les enfants comme étant la propriété de l’homme, des objets à utiliser par l’homme pour sa satisfaction.

Je tiens solidemert entre mes lèvres le cantique de la rébellion

et je vais me lever .
manger du pain frais avec du beurre salé et des oeufs
écouter... apocalyptica ( path) [www.youtube.com]

et après, chanter le cantiques des cantiques de l'amour et de la rébellion
sous la douche.
ou bien la douche avant?
ou chanter avant la douche.

merde, j'ai plus de pain

dresser le chat à en fabriquer la nuit
avec ses pattes de greffier
et son sourire qui me fait craquer
germaine beaulieu

Tenter l'oubli
comme s'il fallait détruire le souvenir
le passage à la transgression.
Sentir les formes chaudes
se recourber
le corps inerte en état d'abandon
se laisser saisir
envelopper de sens et de suites
à faire naître l'audace des gestes
qui se voulaient générateurs de vie.

Déjouer les structures du réel
et me rapprocher de leurs gestes,
de leurs habitudes ;
qu'ensemble nous puissions parcourir
les fantasmes censurés
et oser la jouissance.

BEAULIEU, Germaine, Aires sans distance, coll. « Instants d'après », Le Noroît, 1988.

et j'aime Prevert:
y'en a de plus gais mais, l'est pas mal
Chanson dans le sang

Il y a de grandes flaques de sang sur le monde
où s'en va-t-il tout ce sang répandu
Est-ce la terre qui le boit et qui se saoule
drôle de saoulographie alors
si sage... si monotone...
Non la terre ne se saoule pas
la terre ne tourne pas de travers
elle pousse régulièrement sa petite voiture ses quatre saisons
la pluie... la neige...
le grêle... le beau temps...
jamais elle n'est ivre
c'est à peine si elle se permet de temps en temps
un malheureux petit volcan
Elle tourne la terre
elle tourne avec ses arbres... ses jardins... ses maisons...
elle tourne avec ses grandes flaques de sang
et toutes les choses vivantes tournent avec elle et saignent...
Elle elle s'en fout
la terre
elle tourne et toutes les choses vivantes se mettent à hurler
elle s'en fout
elle tourne
elle n'arrête pas de tourner
et le sang n'arrête pas de couler...
Où s'en va-t-il tout ce sang répandu
le sang des meurtres... le sang des guerres...
le sang de la misère...
et le sang des hommes torturés dans les prisons...
le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman...
et le sang des hommes qui saignent de la tête
dans les cabanons...
et le sang du couvreur
quand le couvreur glisse et tombe du toit

La guerre déclarée
j'ai pris mon courage
à deux mains
et je l'ai étranglé.

Le Ministre de la guerre :
Je poursuis.
Un hôpital détruit : dix, cent -
et je suis modeste -
peuvent être reconstruits
Et, le projet adopté à l'unanimité,
la nuit est tombée,
l'hôpital a sauté avec aux alentours quelques bribes du quartier.
Le jour se lève sur la ville
où le rire s'amenuise, se dissipe et disparaît.
Tout redevient sérieux.
La vie, comme la Bourse, reprend son cours
et la mobilisation générale se poursuit de façon normale.





Et le sang qui arrive et qui coule à grands flots
avec le nouveau-né... avec l'enfant nouveau...
la mère qui crie... l'enfant pleure...
le sang coule... la terre tourne
la terre n'arrête pas de tourner
le sang n'arrête pas de couler
Où s'en va-t-il tout ce sang répandu
le sang des matraqués... des humiliés...
des suicidés... des fusillés... des condamnés...
et le sang de ceux qui meurent comme ça... par accident.
Dans la rue passe un vivant
avec tout son sang dedans
soudain le voilà mort
et tout son sang est dehors
et les autres vivants font disparaître le sang
ils emportent le corps
mais il est têtu le sang
et là où était le mort
beaucoup plus tard tout noir
un peu de sang s'étale encore...
sang coagulé
rouille de la vie rouille des corps
sang caillé comme le lait
comme le lait quand il tourne
quand il tourne comme la terre
comme la terre qui tourne
avec son lait... avec ses vaches...
avec ses vivants... avec ses morts...
la terre qui tourne avec ses arbres... ses vivants... ses maisons...
la terre qui tourne avec les mariages...
les enterrements...
les coquillages...
les régiments...
la terre qui tourne et qui tourne et qui tourne
avec ses grands ruisseaux de sang.