vendredi 31 décembre 2010

mon silence plein

Quand je suis posée dans mon silence plein, je suis. 
Dans cette posture réside ma force vitale.

le silence au fond de soi

Je cherche toujours à entrer en communication avec ce silence au fond de moi.

Gwanaelle Aubry et Plotin

Rediffusion sur France culture. ça faisait un moment que j'avais envie de lire Plotin que cite souvent G.Scholem dans  " les grands courants de la mystique juive" mais je capitule toujours devant les prérequis que je n'ai pas . Bref,  ce matin sur france culture, elle parlait de lui comme j'avais envie. 
http://www.franceculture.com/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-nostalgie-la-passion-du-passe-55-les-enneades-de-pl

et puis toujours ces sites à éplucher :
http://www.erudit.org/revue/ltp/auteurs.html
http://www.europhilosophie-editions.eu/fr/

jeudi 30 décembre 2010

EK, FKVQÙQ,VE

Entre l'expérience et la conscience inquiète, je finis par savoir en vrai de vrai que   tout peut basculer,  à tout instant, en bien comme en mal.

pire; ceci est un point d'encrage pour moi



Je me raconte que je l'ai bien élevé car il sait être heureux. 
Il avait certainement  tout l'attirail génétique ad hoc, prêt à réceptionner notre aventure. D'ailleurs, moi aussi. C'est ça l'amour, quand c'est fluide pratiquement tout de suite, quand c'est l'évidence.

grâce aux stats

Depuis peu, j'ai activé  le suivi de consultation de mon blog, je sais donc que la page la plus regardée est celle-ci : 
http://lfaker.blogspot.com/2010/01/les-bunkers-suisses.html
Étonnant non ? il est vrai que ces bunkers sont fascinants. 
Malheureusement,  cette page est atteinte  à partir  de l'expression suivante : 
"pour vivre heureux, vivons cachés" .. 
bof bof

en même temps, je rêve de ça

pas de parole 3

faits divers :  fuite d'eau,  réparation et inspection 




2)  à la cave

pas de parole 2

série chats ou chats chéris




pas de parole 1

J'avais crié:  " je ne n'écris plus ! " . 
mais comme j'ai fait la meilleure tarte aux prunes de ma vie , je craque, je cède, je le crie haut et fort :
Aujourd'hui,  j'ai fabriqué la meilleure tarte aux prunes de ma vie.   
Je te le dis.
la meilleure tarte juste avant sa disparition



dimanche 26 décembre 2010

UAA UAG et UGA

extrait d'un page wikipedia : Le code génétique est le système de correspondance entre les séquences de nucléotides de l'ADN et les séquences en acides aminés des protéines.
L'enchaînement des quatre nucléotides A, C, T, G, dans une séquence génique doit coder l'enchaînement des 20 acides aminés au niveau de la protéine. Si une base codait un seul acide aminé, seuls 4 acides aminés pourraient être codés de façon non ambiguë. Le codage d'un acide aminé nécessite donc au minimum une suite de 3 bases (64 possibilité d'arrangement, ou codons). Il serait possible donc de coder 61 acides aminés différents et 3 codons d'arrêt de la traduction : UAA UAG et UGA. Le code est dit dégénéré (on parle de redondance du code génétique), un acide aminé peut être codé par plusieurs codons pour cette raison.

ça me fait penser à ça : 

dans le ciel , sur la route

va savoir...

samedi 25 décembre 2010

des cailloux blancs, des boulets rouges

Sur mon chemin,  je sème des cailloux blancs et des boulets rouges. Mes poches sont percées. 
Je perds tous mes bonnets. Je bouscule l'ordonnancement qui régnait jadis  dans mes neurones . Je sais que ça inquiète  mon entourage. C'est normal , c'est logique, moi aussi, un peu.  J'ai besoin de tracer mon chemin personnel en me détachant des regards même bienveillants et , surtout,  sans avoir à  rassurer sur le bien fondé de ma démarche.
J'ai besoin de récupérer pour moi l'énergie immense que je perdais à  rassurer et justifier mon existence. 
Je ne me perds pas, je me trouve, à ma manière.
C'est mon histoire. Je me rends compte peu a peu que ma vie, c'est la mienne, rien qu'à moi. Étrange chose.

classification, association, mémoire

Dans ma mémoire, est associée  la hiérarchie céleste
Séraphins - Chérubins - Trônes
Dominations - Vertus - Puissances
Principautés - Archanges - Anges

aux  5 Comptoirs de France aux Indes :
Pondichéry, Karikal, Mahé, Yanaon et Chandernagor

il y avait plein de cadeaux

Le salon , quoique de bonne dimension, s'est soudain trouvé envahi par les cadeaux, les emballages de cadeaux, les ficelles et les bouts de scotch. 
Puis vient  la danse des objets fraichement  arrivés, passage  de mains en mains, d'œil en œil, de commentaire en commentaire. 
Les humains les plus jeunes s'éclipsent dans leur chambre, les plus vieux échangent encore quelques sentences  embrumées. 
Un verre de neige au sirop d'érable se pose dans ma main   puis un café et une part carrée de gâteau au chocolat qui craque sous la dent.  
Des gros bruits de papiers d'emballage que l'on compresse proviennent de ma droite
Une fumée sort de ma bouche, je crois.
je me lave les dents avec un gel à la fraise... pas terrible.
Sur  plafond  d'une chambre qui n'est pas la mienne,  une lumière rouge projetée forme des chiffres qui indiquent l'heure. La souris de l'ordi sur le bureau  change de couleur, bleu, violet , rouge , bleu violet rouge.  Il est 3h02 , puis 4h15 j'écris avec deux pouces sur l'écran de mon téléphone. Il est  5H58, puis 8h et quelque chose.  je ne dort donc pas. je pense par fragment . Je ferme le radiateur.
puis la lumière rouge forme uu "11:32" . j'ai dormi.
Mes super collants aux motifs de geishas, de nénuphars et d'idéogrammes japonais - qui ne plaisent qu'à moi - ,  gisent sur le sol à coté de mes bottes cirées et mes chaussettes de curé . Je tends le bras vers un tas noir et récupère mon pull qui sent toujours aussi bon. Je me rendors un peu.
nOn , je ne vais pas nager aujourd'hui et demain est un autre jour. Parait 'il .

vendredi 24 décembre 2010

une sirène m'a offert des ailes


Sous la neige d'aujourd'hui, une sirène à l'oreille crénelée, appétissante comme une brioche qui sort du four,  m'a offert une aile de diable. Je lui ai promis de la glisser sous le sapin.

tag sur neige


un roi mage a écrit sur la neige ?

jeudi 23 décembre 2010

une voix qui fait onduler le corps et l'esprit, une voix de Reinette

 une sorte de nage intérieure méditative qui explose de vitalité

mardi 21 décembre 2010

maison

Manier les mots

J'aime pas les citations mais des fois ça me plait comme les sentences enigmatiques moulées sur les gaufrettes à deux balles
«Manier les mots, les soupeser, en explorer le sens, est une manière de faire l'amour...» Marguerite Yourcenar. 

et puis ça aussi mais qui pour moi n'a rien d'énigmatique
«Rien n'est plus lent que la véritable naissance d'un homme.»
 Mémoires d'Hadrien 

enfin pour mémoire :  

Tu es aphone. tu ne peux même plus miauler

C'est de saison. 
je te regarde un peu amusée, toi  avec ton air de  greffier  phtisique et de dame aux camélias. j'aime ta patte qui griffonne des hiéroglyphes  et ta tête de martyre de la vie.

Sardines " Les Dieux"

" Les dieux se nourrissent de sardines et d'ambroisie ( Illiade chant XXV)"

J'étais fascinée par cette phrase  et j'ai aimé les sardines également à cause de cette caution historique 
 j'ai appris à lire très tôt avec ma grand mère qui savait également me préparer le  merveilleux mélange sardines , citron et beurre. Bien meilleur que tous les belugas de la planète. 
J'ai voulu lire cette phrase dans son contexte. j'ai consulté  l'Illiade, à l'époque pas envie de lire ce pavé. Or  point de chant XXV, l'histoire s'arrête au chant XXIV.
j'étais furieuse. Ces salauds ont cassé mon rêve de banquet, d'ivresse et de délectation.  
Cependant à chaque fois que  je croque une sardine, ça sent l'ambroisie et l'immortalité de l'Olympe

lundi 20 décembre 2010

de dos, la Venus

ouarf !

http://www.liberation.fr/economie/01012309159-en-france-total-et-danone-echappent-a-l-impot-sur-les-benefices

De toutes façons , il n'y aura bientôt plus de fonctionnaires pour collecter, 
ni de juges  pour juger
ni d'Etat 
juste du simulacre. 

il y a un an 2

http://lfaker.blogspot.com/2009/12/une-bombe-de-noel.html
Le chemin se fait à son rythme.  la renaissance est longue. Je nage, je mue. Je nage, je file, je nage entre  mille eaux et cent temps. J'éprouve mon intégrité.
Je suis entourée, accompagnée.

un tas d'info pour ceux et celles qui ne veulent rien voir et ni entendre

http://www.rue89.com/planete89/2010/12/16/les-paysans-passant-au-bio-victimes-de-la-chasse-aux-niches-fiscales-181154
http://www.rue89.com/michele-rivasi/2010/11/05/combien-cotiserons-nous-pour-la-retraite-des-dechets-radioactifs-174687
http://www.rue89.com/michele-rivasi/2010/12/14/europe-mon-plaidoyer-pour-les-plantes-medicinales-180673
http://www.rue89.com/planete89/2010/12/12/planter-des-arbres-pour-polluer-tranquille-la-fausse-bonne-idee-179971

1 an ( cliquer sur ce titre)

«C'est par la peau qu'on fera rentrer la métaphysique dans les esprits.»
Antonin Artaud  - Le théâtre et son double

dimanche 19 décembre 2010

pourquoi j'aime Budapest

 Dans le bassin intérieur, quand on fait la planche, on voit ça

On reste des heures dans l'eau chaude à sentir les flocons se poser sur son nez et les cheveux
on sort un peu pour boire un thé fort et des gateaux ( les autrichiens sont passés par là )  puis on replonge dans une sorte de béatitude

les vapeurs qui entourent la peau et les bâtiments , rendent  la vie lente et sans heurt. 
Il y a le Danube aussi et la grande synagogue, un mac do rose bonbon s'est installé dans un ancien palace. 

http://parishuit.blog.lemonde.fr/2006/11/12/files/2006/11/les-bains-rudas.jpg 
Dans ces lieux étranges et retirés du monde, 
des vieilles femmes au corps usé  
méditent peut être sur le sens de la vie. 
Je les ai regardé longtemps, elles m'ont rassurée.

13 h , je ne suis toujours pas dans l'eau

je prends le temps  le matin de manger tranquillement. Je croyais qu'il me restait  du jambon. bernique ! . j'ai donc utilisé le plan B, celui des sardines à l'huile. j'aime les sardines, surtout grillées mais bon .. je ne vais pas râler, je les aimes aussi en boite , écrasées avec du beurre et des larmes de citron. 
Un bon roquefort, une tartine de miel et tahin. et du thé du thé du thé

et me vl'a partie jouer à la sirène de Montreuil city , à palme bleue de marque Finis.

je ronfle

Hier soir , j'ai donné une leçon de natation à la mère de Mistouflon et de Tina. Puis, nous avons bu un super bordeaux ,  du tarama fait maison, du champagne et du boudin. 
En rentrant , à pied sous les flocons , je pensais. En vrai , je veillais.
Ce matin , une amie qui fait des voyages astraux m'appelle pour me dire qu'elle est venue me visiter cette nuit et que je ronfle.
Je lui ai répondu que ce n'est pas la peine de faire le déplacement juste pour constater ce que  je sais déja. Oui, je ronfle quand je suis fatiguée ou quand j'ai bu un peu trop. Et  des fois,  même que je bave mais c'est très rare, faut vraiment que je sois moitié morte.

samedi 18 décembre 2010

sans titre

cétacé dit Tinguely

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://le.plume.free.fr/img/IMG_4001_baleine.jpg




  Tinguely  me fait le même effet, fascination enfantine,  que le spectacle des squelettes geants du Museum d'histoire naturelle, dans le vieux bâtiment, près de la gare.

le rôle de tortionnaire

On me disait l'autre jour, " j'en ai ras le bol du rôle de tortionnaire". Il est vrai que l'on est vite assigné à ce rôle dès qu'en face,  on se "sent" torturé. Dans un  sens, le rôle de victime est bien plus facile à porter et puis on peut se plaindre, pleurer, implorer le ciel. Je parle évidement de relations entre adultes , comme vous et nous.

devenir3

Je = rien être
ou plutôt ;  je =  ne plus être à tout prix. 
Je laisse flotter.  je laisse. 
ça germera ou pas.

devenir2

Enfin, je me dispense peu à peu de cette obligation à "être".
Je laisse tomber ce devoir être  qui n'a pas été choisi par moi et qui m'oblige à une violence interne permanente , comme ramer à perpétuité à  contre courant.
Lire  et nager, parler peu à autrui, sont actuellement mes seules manifestations justes. Quand je dis vouloir être une nouille chinoise, ce n'est pas du tout dévalorisant, ça signifie   " ça baigne". Quant au ténia mort ou vif , c'est encore une vieille culpabilité de derrière les fagots.. le parasite dont la tête est mise à prix. 
Je ne me sens pas rien mais Je = rien faire = ne plus avoir à lutter.
Je dépasse à  mon  rythme - biologique, organique -  cette  expérience d'anéantissement que je traine depuis mon enfance.  Comme si enfin , je me risquais à ouvrir le rideau garde-fou sans la crainte de retomber dans le vide, dans l'implosion ou la pulvérisation interne.

devenir

devenir une nouille chinoise plate qui cuit sans conscience dans une marmite. 
puis cette même nouille qui refroidit doucement dans un grand bol de pho au milieu de la  coriandre
devenir un ver solitaire mort ou vif
ou le nuage laissé derrière un avion à réaction qui se dilue dans le ciel,
la bande velpo qui entoure la tête de la femme invisible,
Un ruban de  gaze qui s'évapore au soleil,
une banderole sans slogan de manif de printemps,
un serpentin qui se bidonne  dans l'eau
...

vendredi 17 décembre 2010

futilité 3

ce matin, j'ai gardé la maison de Mistou ( chat ) et Tina ( chien)en attentant le tueur de cafards..Tina adore prendre le peti dej avec moi car je la gave de fromage rapé. Elle traine ds mes jambes en me regardant droit dans les yeux. des cris ronronnements s'échappent de son petit corps dodu et poilu, dont on ne sait pas trop oùse trouve la tête. Du coup, je me demande si ce sont vraiment des ronronnements que j'entends.

futilité 2

hier soir , j'ai gouté du miel du jardin du luxembourg. un délice sur base d' acacia et de menthe. je ne veux rien savoir du taux de métaux lourds . je suis futile. tout a l'heure, je retourne nager. vive le prozac et son orchestre.j'ai besoin de vivre.

futilité

je me sens d'une futilité à l'épreuve des balles, presque sans conscience de la realité.
d'habitude, je me chope le premier virus qui passe. j'attends la semaine prochaine.

Le Point.fr - Le gouvernement autorisé à filtrer Internet

http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/parlement-le-gouvernement-autorise-a-filtrer-internet-16-12-2010-1275995_47.php

quand ça commence comme ça, quand on on se passe des juges ,  on sait  où on va...

lire ça aussi : 
http://www.korben.info/le-cadeau-de-noel-de-brice.html 
http://www.presse-citron.net/dejeuner-a-lelysee-le-debrief-conseil-du-numerique-et-g8-internet

il n'y avait pas de neige

c'était si bien, quand le corps nage et vole. j'aurais pu ne pas m'arrêter.

jeudi 16 décembre 2010

aujourd'hui, il va neiger

je voudrais regarder tomber les flocons depuis le bassin d'eau chaude. je vais y aller. 


photo : ( http://www.lefigaro.fr/medias/2010/03/01/20100301PHOWWW00310.jpg)

mercredi 15 décembre 2010

vinaigre hallal

Bonne consommatrice et curieuse, j'aime comparer. J'ai donc acheté du vinaigre blanc hallal. j'avoue qu'avant de voir la bouteille dans le rayon des produits exotiques du Franprix du coin, je ne savais pas que ça existait . Oui, j'avoue aussi, je trahis quelques fois mes biocoop & co, quand j'ai envie de voir un peu plus large que mes rutabagas, pâtes d'amandes pur roots et café du pérou bio et équitable. 
Donc , je tombe sur le vinaigre hallal, en demi litre seulement  ce qui lui confère un faux air d'eau minérale inconnue  ou de Schweppes du Magreb. Je l'achète et je nettoie ma salle de bain. L'eau de Paris est très calcaire et laisse des traces partout.
Résultat, le vinaigre hallal détartre autant  que celui des goys. 
....
Quand même, la méta religion dans tout ça , c'est bien le capitalisme. C'est fabuleux, le capitalisme, ça vous aspire en deux temps trois mouvements, tous les bouddhas, les jésus, les mahomets et esprits divers. ça joue sur le plaisir basique d'avoir , de posseder, de chercher encore et encore  l' Objet de fondamental de satisfaction tout en sachant que dès qu'il est matérialisé,  il n'est plus  que objet,  profane, réalisé,  qui annihile la pulsion, la tension. Or, il faut qu'elles reprennent  le dessus afin que le plaisir se réamorce avec sa ribambelle de jeux de frustration / satisfaction. Le capitalisme est un système totalement érotisé. On ne peut pas en dire autant du communisme , c'est peut être pour ça que  foirent  les sociétés basées sur la raison , pas assez jouissives.

Me vient en tête la Callas avec son grand nez, ses cheveux et ses yeux noirs et longs. L'opéra est aussi un art très jouissif , la voix, le cri de douleur, l'amour, le drame, la passion, la mort.
Dans l'opéra , on aime beaucoup passionnément et on meurt  aussi très beaucoup de la même manière (passionnément).

LISEZ GERARD FILOCHE et sachez pour qui voter

là , juste à gauche  sur cette page du blog.
Ne croyez pas pas que futur parti radical qui va recruter  le centre mielleux et hypocrite, une droite bien pensante soutenue par les notables de province , le PS avec DSK  ou le FN et les gars de la Marine,  feront autre chose.
Au fait , les verts vont se diluer dans la nature , Joly  et d'autres vont  rejoindre les radicots ( je vous le fais à la Pagnol ). 
mon pronostic premier tour:
FN: 16 %
UMP: 22 %
RADICOTS: 18%
PS: 27%
Verts qui restent : 5%
NPA : 4%
Melanchon : 8% 
Peut être  bien que les Verts restants  et Mélanchon feront  liste commune.

monopalme

hummmmm ! exactement pour moi:  25 m en apnée sans effort.

nulle part

Mes mains, nulle part ailleurs qu'enserrant ta nuque et tes épaules. Mes bras enlacés à ta taille,  toute la nuit. Nulle part ailleurs cette paix maline.

sauvons LABEL et ses baux

et signons la pétition : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2010N4333

en cliquant sur chaque page, vous pourrez lire les textes et voir les photos




ouzbec le magnifique

mardi 14 décembre 2010

Guerre de religion au PS autour des mères porteuses

mères porteuses, sur le fond  je botte en touche,  pour le moment.  C'est le coté achat d'un ventre de femme (pauvre,  bien sûr)  qui me laisse un goût bizarre, mélange saumâtre  entre  vendre un de ses reins pour manger et  prostitution. Je suis  contre l'ultralibéralisation des corps. Je ne suis pas  moderne.
Puis,  je pense à tous ces mômes qui croupissent dans  les orphelinats.
et puis , ça veut dire quoi d'en vouloir un tout neuf pour soi, pour soi pour soi?

il a le sens, ce mec ( cliquer ce titre)

il l'a, il l'a
http://www.youtube.com/user/wachka01#p/a/u/0/zI-FZnabvqU

des fois , c'est comme si ...

Des fois , c'est comme si la vie n'existait pas en vrai de vrai. Je me  suis mise à l'abri dans une coque , aussi confortable que possible. A l'abri dans ma cahute parisienne, au chaud comme une cerise à l'eau de vie dans son jus, protégée par une enveloppe  de chocolat . y'a pire comme situation.  En général, dans ce genre d'état , je me choppe une rhume épouvantable pour m'isoler  de l'extérieur. Cet état, c'est quand j'ai peur d'y aller mais  j'y vais quand même, droit devant, sans précipitation mais avec détermination...dans le bain de la vie.

sur le blog de maitre Eolas

http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/12/12/Tu-in-mulieribus#comments

dimanche 12 décembre 2010

j'aime le feu salé

j'aime le feu, le feu salé de sa chair et de son âme.

la guerre de l'eau

http://www.humanrights.ch/home/front_content.php?idcat=841&client=1&lang=2&idart=4331

Privatisation de l’eau: une source brésilienne sauvée de Nestlé

Depuis 1998, Nestlé pompe et déminéralise l’eau du Parc d’Eau de São Lourenço dans l’Etat brésilien de Minas Gerais pour produire l’eau standardisée “Pure Life”. Forant illégalement un puits de 150m. de profondeur, Nestlé endommage la nappe phréatique et tarit les fontaines des eaux thermales du Parc qui abreuvaient et guérissaient gratuitement la population depuis des décennies. Le militant brésilien Franklin Frederick, soutenu par Attac-Neuchâtel, avec le “Mouvement des amis du circuit des eaux de Minas Gerais” (MACAM) dénoncent ces pratiques. Après quatre ans, la justice brésilienne a donné tort aux agissements de Nestlé, dont les avocats ont signé début avril 2006 un accord sur trois points : l’arrêt définitif de la production de Pure Life, l’arrêt du pompage et une garantie de réparation des dégâts.
« Nestlé fait croire qu’elle rachète des sources isolément. Mais sa stratégie est globale et mondiale » certifie le militant Frederick: « En cas de privatisation, impossible pour le tiers monde de développer une politique autonome ». On se souvient qu’en 1997 au Pakistan, Nestlé avait lancé Pure Life, une eau spécialement conçue pour les pays du tiers monde. Construire une fabrique sur la source, pomper l’eau et l’enrichir en sels minéraux s’est avéré être la recette de production.
Certaines sources en Suisse aussi sont concernées. Attac-Neuchâtel rappelle : « En 2001, Nestlé, qui entendait obtenir la concession d'eau de la source de Treytel, à Bevaix, s'était retirée bras ballants. Attac-Neuchâtel avait alors sensibilisé les citoyennes et citoyens du petit village à faire opposition au projet de la multinationale, qui s'était avéré non conforme aux lois suisses. » C’est ainsi que le cas fait aujourd'hui école jusqu'en Amérique du Sud.

Information supplémentaire

Lettre ouverte à MM. Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy respectivement Directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)

Le 8 décembre à Genève, vous débattrez en public de "l’impact de la crise financière sur la gouvernance mondiale". Les belles phrases feront l’objet de grandes envolées, mais ce sont les actes qui nous intéressent. Si on analyse les politiques que vous menez au sein de ces deux organisations, force est de constater qu’aucun de vous deux ne remet en cause l’ordre capitaliste néolibéral. Le FMI et l’OMC continuent d’imposer aux populations les mêmes recettes frelatées issues des fameux plans d’ajustement structurel (PAS) et des accords de libre-échange. Au Sud comme au Nord, le poison reste le même : libéralisation de l’économie, marchandisation des besoins essentiels comme l’eau, privatisation des entreprises publiques, démantèlement des services publics, augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), etc.
Alors que ces mesures sont en partie responsables des crises alimentaires à répétition dans le Sud et de l’accroissement des inégalités, vous vous obstinez malgré tout à poursuivre ce crédo néolibéral. Vous répondrez sûrement que les pays sont souverains et que ce sont les dirigeants de ces pays qui choissent d’appliquer les politiques de vos institutions. En théorie, oui, mais dans la pratique, les Etats du Sud sont étranglés, depuis la crise de la dette du tiers-monde de 1982, par une dette en grande partie illégitime qui les place en situation d’extrême faiblesse dans les négociations avec leurs créanciers et le FMI. Sans oublier la corruption et la collusion entre les intérêts des classes dirigeantes du Sud et du Nord qui expliquent aussi la soumission – parfois enthousiaste - de ces dirigeants aux diktats de vos organisations.
Toutefois, vos politiques ont été un fiasco. Fréquemment, des révoltes populaires éclatent, aussi bien au Sud qu’au Nord (Grèce, Roumanie, Irlande...), pour s’y opposer, démontrant ainsi la fracture nette entre les populations et leurs gouvernements. Partout où vos recommandations ont été appliquées à la lettre, les conditions de vie des populations se sont globalement dégradées.
Au Nord, on répète à l’envi que l’austérité est la règle inéluctable à cause du niveau de la dette publique. Or, il existe d’autres mesures que nos gouvernements pourraient mettre immédiatement en place s’ils en avaient la volonté. La première serait de s’attaquer à cette dette publique. D’où vient-elle, à qui profite-t-elle ? Questions essentielles auxquelles seul un audit peut répondre. Cet audit permettrait de fonder une annulation de toutes les dettes illégitimes n’ayant pas profité à la population. Parallèlement à cet audit, il est tout à fait possible de suspendre le remboursement de cette dette et de mettre au pas le secteur financier. Taxer les transactions financières et nationaliser les banques en les plaçant sous le contrôle démocratique des salariés, des citoyens et des pouvoirs publics sont des mesures véritablement nécessaires.
Monsieur Strauss-Kahn, vous prônez tout le contraire : vous tentez d’enterrer cette taxe sur les transactions financières et appelez les Etats à injecter encore de l’argent public pour "aider" les banques tout en préconisant une hausse de la TVA et une réduction des prestations chômage. Enfin, cerise sur le gâteau, vous venez de nommer un ancien dirigeant de la banque Goldman Sachs à la tête du département Europe du FMI.
Messieurs Strauss-Kahn et Lamy, vous défendez bec et ongles le modèle actuel, vous cautionnez les excès de tous ces banquiers sans scrupules, vous demandez de sacrifier les populations sur l’autel du profit des puissants. Pour toutes ces raisons, vous n’êtes pas les bienvenus à Genève. Les deux organisations que vous représentez ont causé des dommages considérables et nous luttons pour qu’un jour, elles rendent des comptes en justice à tous les citoyens.

Jeudi 9 Décembre 2010

http://www.cadtm.org/Lettre-ouverte-a-MM-Dominique http://www.cadtm.org/Lettre-ouverte-a-MM-Dominique

klimt/ le baiser

forger les laves

A grand fracas, je  forgerai les laves de l'Etna. Inscrits dans mes mains , comme seul modèle, la rondeur de tes cuisses et le kaki de tes yeux.

A l'aube

je ne sais pas si dans la nuit, ta main sur ta bouche étouffe mes cris ou les tiens.  je ne sais plus si le volcan explose de ton corps ou du mien.  A l'aube, je me penche vers toi et   je trace dans l'air la limite de ta chevelure rarement en bataille et de ton front  dégagé et parfait. 

samedi 11 décembre 2010

cantique des cantiques

Claudio Monteverdi - O Quam Pulchra es (Que tu es belle)
(Cantique des cantiques)
O quam Pulchra es amica mea, columba mea
Formosa mea, o Pulchra es !
O quam Pulchra, oculi tui columbarum
capilli tui sicut greges caprorum
dentes tui sicut greges tonsarum.
Quam Pulchra es o Pulcherrima
quam Pulchra es inter mulieres
Egredere et veni,
qui amore langueo.
Veni formosa mea, soror mea,
veni immaculata mea,
veni quia amore langueo.
Et anima mea liquefacta est.

Que tu es belle, mon amie, ma colombe
Mon adorée, que tu es belle!
Que tu es belle, tes yeux sont des colombes,
tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres,
tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues.
Que tu es belle, tu es la plus belle
Tu es belle entre toutes les femmes
Viens me rejoindre,
moi qui languis d'amour.
Viens mon adorée, ma soeur,
viens mon immaculée,
rejoins-moi, moi qui languis d'amour.
Mon âme se noie.

l'apéritif chez Jeanine et Raoul

les animaux sont plus simples

ça traverse tout droit, pote qui roupille ou pas pote sur le chemin

ça règle les histoires en se soufflant dans les naseaux

mon cerveau congelé n'arrive même plus à lire l'avenir dans la végétation

ni dans les potimarons oubliés sous les feuilles


Ce matin en sortant de la douche, je regardais ma forme, mes formes. Je ne suis jamais très sûre de ma réalité. J'en prends conscience par les forces qui me poussent, plus fortes que moi et qui s'inscrivent dans ma peau et mes muscles. Alors, je me sais vivante, de chair, de sang et d'envie

comme un feu continu


vendredi 10 décembre 2010

scènes immuables



scènes immuables  d'un jour sans temps

avant/après

le passage du camion de livraison

jeudi 9 décembre 2010

j'aime bien cette vue qui annonce mon retour

nager , muer, danser

Nager,  c'est  laisser continuellement filer derrière soi sa peau d'avant. 
Le corps et l'esprit muent. En premier, la main aveugle  dotée d'une capacité inouïe  à frayer dans les eaux.
Lancées, la tête et l'épaule  entrainent le reste du corps . 
Dans le mouvement ondulatoire s'improvise une danse. 
ça danse en moi , c'est plus fort que moi. 

y'en a qu'ont pas honte : Monaco

http://www.unroleapartdanslemonde.mc/#/fiscalite/
voila la pub de ces gros bofs incultes de Monaco dont la vulgarité  s'étale jusqu'à leurs orteils de pieds. 
Oui, je sais je suis jalouse parce qu'ils ont de l'argent et qu'ils peuvent mettre leurs enfants dans des écoles privées en Suisse.
Monaco :premier bastion du blanchiment d'argent pour la France


la présence dans l'air

Des fois, je sens que  quelqu'un est là. Je ressens son absence aussi, dans l'air. 
Un peu comme avec le téléphone:  " ah c'est toi, j'allais t'appeler" . On doit mutuellement se caler dans le rythme de l'autre, connaitre sans le savoir, ses réactions physiologiques. Vers telle heure, manger, boire, faire une pause, penser, rêvasser  puis repartir vers  la tache que l'on s'est assignée.

mercredi 8 décembre 2010

faudrait dormir maintenant

non? tu ne crois pas?

les bretzels

Un jour , j'ai rencontré une femme qui, nue, m'a fait  penser à un bretzel, à cause d'une onde en forme d'infini, abritée dans ses épaules et ses genoux. Elle ne le savait pas. Je me suis souvenue de ce mouvement  niché dans le statuaire du Moyen Age ( voir MM Davy ! ). Ensuite, j'ai été happée par l'infini ancré dans le corps de cette femme. Elle le savait , j'espère.

être complement quelque part

J'aime me sentir  complétement là où je suis. Je n'arrive pas bien à jouer.
Jadis, dès que je ressentais une distance ou un soupçon de division interne, l'envie de fuir ou d'hurler me prenait. Une fois, je me suis enfuie. J'étais invitée chez des collègues de mon amie de l'époque. j'ai senti dans les premières minutes que ça n'allait pas du tout marcher entre eux zé moi. On en était à l'apéro et je me suis dit que je ne pourrai pas du tout tenir jusqu'à la fin. Je me suis levée et j'ai dit que je ne pourrai pas tenir jusqu'à la fin et je suis repartie au bercail. Il parait que ça à jeter un froid. Au retour de mon amie, je me suis fait engueuler.
et puis on s'est séparées
pour toujours.
Maintenant, je gère beaucoup mieux. En réunion par exemple, j'ai appris à dormir derrière mon visage. J'ai copié sur les autres. 




des photos dans la neige

j'aurais pu faire des photos de voitures disparues sous la neige, 
et celles dans les jardins publics  qui jouent sur le contraste entre les statues , les alignements, en presque noir et blanc  et le mouvement, en couleur , avec  des enfants. D'autres le font, certainement.

le caillé de brebis

Un truc que j'aime :  le caillé de brebis,  à la vanille ou pas. Ce n'est pas acide comme le yaourt, la présure n'est pas la même. Le caillé de chèvre , ce n'est pas mal non plus, surtout avec un petit goût de gentiane.

l'été dans l'hiver

un chou dans la boue mais aussi comme un grand grand arbre de la forêt géante

j'entends le vent froid froid et les tornades de neige

Paris au nord de la Seine,  tornades de neige. Le phénomène est assez rare et sérieux  pour que l'on s'y penche de près. Je vais allez faire un tour au Père Lachaise.

le seul interet du Nord: les aurores boréales

j'irais bien voir ..
Parait qu'en Ecosse nord nord , il y en a de très belles, en plus du whisky.

les nouilles cramées

Incroyable , comme hier, les nouilles cramées sont  venues s'écraser sur le zinc de ma fenêtre. 
A midi, je mangerai de la neige à la sauce tomate et du parmesan

bretzels

j'ai rêvé de bretzels dorées et chaudes,  torsadées , avec des grains de sel sur le dos.

j'ai été reveillée

j'ai été réveillée vers 6h10 puis 7h15.  
maintenant pour le petit dej, ça résonne dans ma tête.

Allez, je dors

il faut. 

oui,  mais j'ai soif.

mardi 7 décembre 2010

je me demande

je me demande si elle s'est habillée avec l'abat jour du salon de l'hôtel ou bien la housse du canapé .
Et ça me rappelle cette vérole de  télé à Noel. Heureusement que c'était en noir et blanc, ça atténuait la nausée.

pour dormir. C'est pas très gai mais j'aime quand même

ce soir , le hamac

ce soir , le hamac  c'est mon futon ( bordel que c'est inconfortable ce machin) et la couette . Il y fait chaud. j'ai les jambes qui bouillent. La vache ! c'est que je les ai fait bosser cet am. j'suis moitié cotonneuse.

bouts de ficelle

La vie des fois , ça tient connement avec trois bouts de ficelle : nager, dormir, chanter dans la rue, manger, être tranquille toute seule dans son coin, méditer sur la vie.
Les ficelles  deviennent tuteurs quand ça  balance trop fort  et   lianes à la tarzan en temps normal. 
D'autres fois, j'ai eu  envie de tisser avec plus  que trois malheureux bouts de ficelle de lieuse. Je m'y suis mise. Presqu'à  tous les coups.. le produit fini était un hamac.

s'abrutir

A nager comme je nage, on peut le dire c'est aussi pour m'abrutir, ce soir plus particulièrement.  Je vais m'en expliquer immédiatement . 
je nageai d'un aileron alerte en comptant mes tours. Soudain, je me réveille,  le compte en vrac. La dernière fois j'en étais   au 4eme tour de la 11 eme série de 333 m.   Faut dire qu"il y a de quoi s'y paumer. 
Déja que je ne sais même plus compter la monnaie marron. Dorénavant,  je la refile  en vrac à l'épicier du bas quand il me réclame 12,47 € pour mes courses. Il compte les pièces comme un grand. Soit il m'en rend ou bien , il m'en redemande. Dans ce deuxième cas, je paye en carte bleue. Comme chez lui, il faut un minimun de 15 € pour payer en CB, je me recogne  un tour de magasin pour trouver qq chose pour faire le compte. Souvent, ça tombe sur une tablette de chocolat. De retour à la caisse, il me redonne ma mitraille que je recolle dans ma poche. Il refait le compte (ça use en encore un bout de papier de la machine  à faire les comptes). j'en ai toujours pour au moins 3, 07 € de plus. En sortant de l'épicerie, je me dis : " merdre , j'ai oublié d'acheter les mandarines" .
Ben voila,  je pense à ça dans l'eau. Comment voulez vous que je puisse compter mes tours sans me paumer? 
Quand j'arrive au bord du bassin, je remonte mon masque et me hisse comme un vieux phoque pour regarder l'heure à la pendule municipale .. et là surprise, il est  1h de plus  que je ne pensais. Alors  je  me demande ce que je foutais en parallèle  de ma discussion  dans l'eau avec l'épicier. J'étais où? aucune idée. moi,  disparue dans une autre dimension  temporelle.
Ce n'est peut être de l'abrutissement mais du voyage intersidéral.

les chats, tcherina et malraux

aaaah petit chat...
http://www.ina.fr/video/CPA8105489702/ludmilla-tcherina-le-chat-c-est-la-danse.fr.html

j'y vais

j'y vais avec un rare plaisir, je vais aller me lancer dans l'eau. Dehors la neige tombera à gros flocons et je serai bien, sans pensée, seulement là à me laisser glisser pendant 5000 m. 
Et cerise sur le gâteau bleu,  y' aura personne.
je reviendrai à pied, en chantant : " Ne jetez pas la pierre à  la femme adultère, je suis derrière":  http://www.youtube.com/watch?v=7QCrekun5so
ou bien bien "kangourou " 
http://www.ina.fr/divertissement/chansons/video/I05042371/charles-trenet-kangourou.fr.html
ou encore autre chose...

avec une oreille en mono

Avec mon oreille en mono, il m'a fallu  récreer les liens entre sons et événements, sauf pour les voix ( ouf) . Ce matin ,  dans mon chez moi parisien , apparait  un crépitement  que j'attribue habituellement aux nouilles qui crament au fond de  la poêle. Je m'affole un peu bien que pas de fumée, pas d'odeur et pas de nouilles. Je cherche dans mon casier interne à rangement de sons, resultat: 0 -  bruit inconnu . Je me suis rapprochée de la source sonore et j'ai vu la neige glacée et piquante qui venait  se finir sur le zinc de la fenêtre, c'était bien ce bruit , bruit que je viens d' étiqueter et  enregistrer  dans la case : neige, piquante , hiver, zinc, matin pas réveillée ressemble à bruit de nouille qui crame, crépitement. 
Quand je perds un mot, je le recherche par ordre alphabétique et par analogie.. par exemple un vent particulier. Je commence par A .. alizés , non non pas ça .. je continue. B ba be bi.. bise , brise,  mais c'est pas ça non plus...  C, Ca .. kamsin, ( vent du désert égyptien ) oui , oui, c'est ça !  et je ne sais même pas comment je connais ce mot. j'ai du l'entendre dans le film Laurence d'Arabie ou les Dix commandements, à la télé, à l'époque de  Noêl . Va savoir ..et les galettes de teff au petit dej.

rimbaud 2


primo reaction : tu vois l'mokeur, c'est un peu dans ce genre que je verrais le journal d'un fou ( luxun). 
deuxio : avec mon oreille en mono , j'ai du mal à entendre les paroles quand il chante. ça ne me le fait pas avec d'autres. 
troisio : c'est toujours bien de regarder et d'écouter ce que font les autres.
Quatzio: je vais appeler ma copine M pour qu'on mange tous les 4 ensemble et qu'on cale le concert. 

Rimbaud/ une piste/ merci Anomyme

http://abardel.free.fr/tout_rimbaud/les_illuminations.htm#devotion

Génie


      Il est l'affection et le présent puisqu'il a fait la maison ouverte à l'hiver écumeux et à la rumeur de l'été — lui qui a purifié les boissons et les aliments — lui qui est le charme des lieux fuyant et le délice surhumain des stations. — Il est l'affection et l'avenir, la force et l'amour que nous, debout dans les rages et les ennuis, nous voyons passer dans le ciel de tempête et les drapeaux d'extase.
   Il est l'amour, mesure parfaite et réinventée, raison merveilleuse et imprévue, et l'éternité : machine aimée des qualités fatales. Nous avons tous eu l'épouvante de sa concession et de la nôtre : ô jouissance de notre santé, élan de nos facultés, affection égoïste et passion pour lui, — lui qui nous aime pour sa vie infinie...
   Et nous nous le rappelons et il voyage... Et si l'Adoration s'en va, sonne, sa Promesse, sonne : "Arrière ces superstitions, ces anciens corps, ces ménages et ces âges. C'est cette époque-ci qui a sombré !"
   Il ne s'en ira pas, il ne redescendra pas d'un ciel, il n'accomplira pas la rédemption des colères de femmes et des gaîtés des hommes et de tout ce pêché : car c'est fait, lui étant, et étant aimé.
   Ô ses souffles, ses têtes, ses courses ; la terrible célérité de la perfection des formes et de l'action.
   Ô fécondité de l'esprit et immensité de l'univers !
   Son corps ! Le dégagement rêvé, le brisement de la grâce croisée de violence nouvelle !
   Sa vue, sa vue ! tous les agenouillages anciens et les peines relevés à sa suite.
   Son jour ! l'abolition de toutes souffrances sonores et mouvantes dans la musique plus intense.
   Son pas ! les migrations plus énormes que les anciennes invasions.
   Ô Lui et nous ! l'orgueil plus bienveillant que les charités perdues.
   Ô monde ! — et le chant clair des malheurs nouveaux !
   Il nous a connus tous et nous a tous aimés, sachons, cette nuit d'hiver, de cap en cap, du pôle tumultueux au château, de la foule à la plage, de regards en regards, forces et sentiments las, le héler et le voir, et le renvoyer, et sous les marées et au haut des déserts de neige, suivre ses vues, — ses souffles — son corps, — son jour.

je dors pas

je traine

lundi 6 décembre 2010

plus de pain

je n'avais pas le courage de descendre au ravitaillement. j'avais en stock de la farine de teff qui sert à fabriquer les grands galettes en Ethiopie (injera) . J'adore même si souvent c'est un peu acide et que ça file mal au ventre aux blancs mais pas à moi. Suffit de se gaver de charbon juste avant pour arrêter la fermentation surtout quand on avale la galette avec de  la bière locale.
j'ai donc mangé ce soir  des galettes  de teff au roquefort et  germes de luzerne, c'est super  bon. D'accord, elles étaient cuites au beurre salée. 
Le tout arrosé de thé fumé froid. miam !
 

cette liberté que j'accepte

Pour différentes raisons , j'ai pensé arrêter d'écrire dans ce blog. Une des raisons est que j'écris de plus en plus dans le style journal de bord. 
Ben , ça sera comme ça, journal de bord comme je veux,
Je donne à voir, m'exhibe. Je joue à être exposée mais pas prise. Personne n'est obligé de me lire.
Et puis après, ce sera une autre mise en scène , celle qui va me sortir du chapeau.

faut signer cette pétition

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2010N4333

J'ai opté pour souffrir le moins possible

ça n'a pas été facile à admettre. Au début de ma vie, je ne savais pas que c'était de la souffrance, c'était juste comme ça  la vie, décalée et incertaine, perdue et déchirée.
j'ai opté pour vivre même si je suis morte pour autrui  ou que je l'ai  toujours été ou que je le suis devenue...Autrui prend plusieurs figures selon l'histoire et le temps.  En général, je gère à mains nues.
Quelques fois  pour passer le pic de l'insupportable qui dure , je m'avale du prozac, des vitamines et autres bizarreries. Vive la médecine des blancs. Il est clair que ça change la perspective. Les neurones de la  grisaille tendance malédiction sont mis en cage. Le prozac, ce n'est pas la pilule du bonheur, c'est celle de la mise en réserve sans être dans le pâté ni avoir l'air d'une loque. Elle évite la guerre interne  et l'épuisement total,  ne donne aucun sens mais évite le non sens.

Affaire Banier : cherchez la folle

je ne partage pas completement cette analyse parce qu'il ya longtemps que j'ai constaté qu'on peut être PD et de droite. mais bon ..
http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/841-affaire-banier-cherchez-la-folle.html
extrait :
Les pédés anti-libération
 Des pédés riches, planqués, méprisants, et qui se réfugient derrière le paravent d’une pseudo fibre artistique, il en existe des tonnes, hier comme aujourd’hui. Banier, Greggory, d’Orgeval et bien d’autres, représentent une frange de l’homosexualité, mineure certes mais aux pouvoirs bien réels, dont les médias camouflent soigneusement la réalité de la sexualité (parce que pas toujours reluisante) par peur d’être taxés d’homophobie ou de se mettre à dos des gens puissants. Une frange qui gangrène peu à peu les espoirs que portaient la libération et la culture gay, et qui considère que tous les moyens sont bons pour gagner de l’argent quitte à mépriser son prochain…

le vrai luxe ne se prend pas, ne s'achète pas , il se reçoit

pour autant , faut 'il être capable de recevoir.

et ceux là , ils ont une tête d'une autre époque mais grand merci à eux.

le cercle absurde

lisez ça :
La réalisatrice franco-hispano-canadienne Emmanuelle Schick-Garcia a autoproduit son documentaire The Idiot Cycle, qui décortique les liens entre produits chimiques et cancers et démontre comment l’industrie chimique, à l’origine de nombreux cancers, fabrique aussi les traitements. Le pire est à venir, craint la réalisatrice, alors que Dow Chemical, BASF, Bayer, Monsanto ou Dupont partent désormais à l’assaut des biotechnologies, nous rejouant le mythe du progrès déjà vendu avec le plastique…
http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/919-un-cercle-absurde.html

réponse a PPl'mokeur/ ne rien posseder

Je ne m'identifie pas à ce que je possède.  Je ne veux rien . Est ce parce que j'ai vu la faillite de mes grands parents? est ce parce que j'ai été bassinée avec les fastes de l'ancien régime russe. Tout ça pour finir en exil ,  se chopper le typhus à Chypre et atterrir dans le bidon ville de Berlin. Le bien matériel et le rang sont dérisoires, je l'ai compris grâce aux générations qui me précèdent.
Les objets qui m'entourent ont une valeur d'usage ou  d'addiction ( en ce moment je ne peux pas vivre sans connexion internet).  La baraque en limousin n'a de sens que si elle peut héberger du monde, en cas de pénurie. Mon confort est essentiellement interne. Dans une maison , il me faut avoir chaud, de l'eau chaude, un fauteuil ou un lit et de quoi me faire des tartines et du thé. Le luxe me ravit, je sais m'en servir,  mais je ne veux pas consacrer mon énergie à l'acquérir .  Et puis il y a luxe et luxe...Je repense soudain à quelque chose: cet été je suis allée faire un tour au Musée Jaquemart André. ça pue le bourgeois nouveau riche, l'accumulation,  ce que l'on doit se procurer pour être quelqu'un, jusqu'à faire  démonter des plafonds  italiens pour les installer  à Paris. J'ai eu la nausée pendant le reste de la journée.
Ce qui m'importe est la qualité de mes relations,  à autrui, à moi. Je n'ai aucun rang à  tenir, j'ai seulement  à être dans mon axe,
avec d'autres, qui seraient aussi dans leur axe. 
Bon faut pas rêver... c'est rare. 
et ce qui est rare..

dimanche 5 décembre 2010

autoconservation, violence

Vouloir conserver et protéger sa vie est  salutaire mais  trop  le faire devient morbide. Pulsion de vie, pulsion de mort ne sont pas opposées. L'une, la dite pulsion de mort  me semble être, dans ce cas, la fixation et l'incapacité au mouvement de déprotection et  d'ouverture au monde extérieur.
Vraiment , cette histoire me tracasse. Je me sens jongler en pleine contradiction interne. C'est bien, ça fait réfléchir. Peut être bien qu'à un moment , je dirai " mais bon dieu , c'est bien sûr !
Et ma violence ?  celle que je veux à tout prix policer. c'est quoi ? une énergie que je m'évertue à ne pas vouloir m'attribuer ? une vieille rogne? une violence inhérente à l'humain, à moi? sadisme, cruauté ?

indian queen, Purcell, c'est bien

et je vais y penser en nageant

déménagement

j'aime pas les déménagements. j'imagine que c'est pire pour les animaux  même s'ils n'ont pas de meubles ni de cartons à transporter. ça doit me rappeler quand j'étais môme.

pulsion de mort

1) pulsion de mort , je n'arrive pas  à piger. 
j'ai eu envie de ne plus vivre parce que la vie me demandait un effort au dessus de mon entendement. Je voulais arrêter la souffrance, pas la vie.
Est ce ça la pulsion de mort?
j'ai avalé, il y a longtemps,  une fois, des  médocs pour ne plus avoir à lutter. Enfin , je décidais, en m'endormant,  de laisser aller passivement. Je me suis réveillée 36 h plus tard avec le même merdier à régler mais  j'ai compris ou admis que le suicide , ce n'était pas pour moi. Pile ou face, c'était face alors j'ai continué.
Pulsion de mort, je l'entends plutôt comme une volonté, quelque chose d'actif. 
Non,  je ne cherche pas activement la mort. Je ne suis peut être pas très aventurière en la  matière.
2) Pulsion de mort et  érotisme , si on m'explique , je pourrais peut être comprendre. 

samedi 4 décembre 2010

vl'a presqu' un an

Voila  presqu'un an que je révelai à ma famille l'inceste et la folie que m'avait fait subir mon père une bonne partie de mon enfance.
Depuis j'ai  arrêté de travailler  pour  consacrer mon temps  à ma reconstruction. C'est long parce que je fonctionne de manière organique , au rythme du corps,  c'est comme ça, j'suis comme ça.  Pas facile mais, quoi qu'il en soit, beaucoup plus vivant et surtout moins douloureux que l'enfermement en mode survie . Faudrait que les gens qui refusent l'introspection ( la psychothérapie n'est pas le seul chemin) , sachent que ça fait moins mal de penser que de ne surtout rien vouloir savoir.
L'évidence de ne plus me brader m'est venue dans le corps. Je suis pourtant du genre adaptable à beaucoup de sauces, ouverte et bla bla bla.  Ne plus me brader est ancré physiquement ; ça dit :" ici je ne peux pas parce que j'y perds ma santé mentale, mon intégrité et ça ne sert à rien, tout le monde s'y noie". Je ne suis pas ou plus une adepte du drame et du malheur comme fond de commerce. je ne suis surtout  pas  adepte de la résignation. L'envie de vivre, vivre, n'est pas folie. Vivre est le minimum que l'on se doit. Ce n'est pas le chemin le plus facile en apparence, pourtant ça l'est. C'est bizarre.
J'apprends à aimer ma vie, à la rendre aimable, du coup,  j'apprends à aimer tout court.
Depuis un an , j'ai commencé à nager sérieusement parce que l'eau me rassemble en douceur et en continu. Hier , entrainement en apnée. Il y fort longtemps, j'avais réussi 25 m, une fois . J'ai compris, senti  qu'il faut trouver l'équilibre entre la décontraction et la force motrice. Allonger la respiration, aimer les poumons, le coeur, le cerveau, descendre le  speed au maximum, donner toute la place à  ETRE et laisser faire. 
Entre 13h30 et 17 h,  la piscine est calme. Pas de  cons aux hormones, qui foncent  pour se faire un beau torse, pas de gonzesses qui rament sur le dos pour se faire un beau cul, pas la sono de l'aqua gym.
je fais travailler mes pattes arrières, avec des palmes jaunes et noires,  pour randonner  dans l'eau.
En ville , j'aime bien marcher vite, à grandes enjambées.